dimanche 24 avril 2016

Question idiote


 

Du Figaro à ses lecteurs ce matin .

Faut-il accepter de supprimer les visas pour les

 Turcs en l'UE, en échange de leur aide dans la

 crise des migrants ?

Avons nous le choix ?

BAC+7 à 23€





Combien de fois votre Médecin


 Référent vous a-t-il donné un


 DIAGNOSTIQUE de vos douleurs ou


 de vos symptômes ?



« C'est rien »


Il vous prend la tension, et vous repartez avec 

du Paracétamol, des antidépresseurs ou un

 10éme renouvellement de médicaments… Une 

fois sur quatre, vous aurez droit à une prise de

 sang, une radio, si cela ne va pas mieux, une

 visite chez le Spécialiste.



Quand avez vous tombé la chemise chez votre médecin pour la dernière fois ?

Ces bac +7 sont-ils bien à leur place ?





samedi 23 avril 2016

UNE DICTATURE!!!




6 FRANCAIS SUR 10

VEULENT UN DICTATEUR



(57%) attendent du prochain président de la 
République "qu'il réforme le pays en 
profondeur", quitte à diviser et provoquer des 
mouvements sociaux, selon un sondage Elabe 

pour Europe 1 diffusé vendredi.

A l'inverse, 40% des personnes interrogées attendent de lui "qu'il 
rassemble les Français et apaise la société", même si cela signifie 
reporter "certaines mesures ou réformes qui ne font pas consensus.


Près de la moitié d'entre elles souhaite qu'il s'affranchisse des clivages partisans : pour 45% des Français, le positionnement idéal du chef de l'Etat serait "ni à gauche, ni au centre, ni à droite". 16% le voudraient au centre, 14% à gauche, 13% à droite, 8% "très à droite" et 4% "très à gauche".
Pour 54% des personnes interrogées, son âge idéal se situe "entre 45 et 54 ans". Une envie de renouvellement qui passe pour 79% d'entre eux par un président qui gouvernerait "avec une majorité rassemblant des personnalités de la gauche, du centre et de la droite".
Pour 68%, le renouvellement passe par "un président qui ne serait pas issu du monde politique" et pour 65% par un candidat qui s'engagerait à ne faire qu'un seul mandat.
Les qualités les plus attendues du chef de l'Etat sont l'honnêteté (71%), qu'il soit à l'écoute des Français (54%) et "le réalisme" (33%).
Enquête réalisée en ligne les 19 et 20 avril, auprès de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

mercredi 13 avril 2016

NOS COLERES


 

Que faire de nos colères ?




Ces mécontentements explosifs, légitimes ou illégitimes, généreux ou recroquevillés sur eux-mêmes, se multiplient sur Internet, dans la rue et à la une des journaux. 

Ils se font le plus souvent disparates et dispersés. 

Le danger serait de se complaire dans une société colérique.

Quand les colères s’empilent, on est jamais bien sûr de ce que cela peut provoquer.
 Il y a eu la colère des dieux, les unes annulant celles des autres,les hommes pouvaient toujours s’en arranger. 
Quand Dieu s’est arrogé le monopole de la colère qualifiée d’originelle, les choses sont devenues très compliquées pour les hommes et les femmes. 
Il a fallu l’ire populaire pour qu’ils s’en libèrent. Cela a donné des révolutions en France, en Russie ou en Tunisie quand la rue a dit à Ben Ali : «Dégage!»


Ces derniers temps, se sont succédé l’exaspération de la France réactionnaire contre le Mariage pour tous, la grogne des Pigeons, ces jeunes entrepreneurs qui s’estimaient écrasés par le fisc, celle des Bonnets rouges, là encore des patrons, bretons cette fois, qui protestaient entre autres contre l’écotaxe visant à transférer le fret de la route vers le rail en pesant sur la fiscalité. 
Il y a eu, ensuite, les taxis et les chauffeurs de VTC. 
Leur point commun : l’irruption soudaine d’un mécontentement focalisé sur une question précise. 
Ainsi se structurent la colère récurrente des éleveurs à la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, celle de l’ensemble du monde syndical et étudiant contre la réforme du code du travail. 
Et aujourd’hui, la Nuit debout s’organise autour de l’exigence d’un renouveau démocratique.
Parti d'un texte de Ph DOUROUx et L HUTIN,

samedi 9 avril 2016

SAUVER L'OBJET SOCIAL REPUBLICAIN






LES NUITS DEBOUT



Comment SAUVER l'OBJET SOCIAL de notre 


RÉPUBLIQUE


LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ


SANS EFFUSION DE SANG


Ou se réunir pour débattre ?

Une revue de presse permanente est nécessaire pour classer 

le possible à court terme de L'URGENCE Sociale, faute de 

temps.


Le Capitalo, Libéralisme, Débridé

qui nous gère depuis si longtemps

ne se laissera pas abattre sans réagir…


Il a les moyens de nous anéantir… même à ses dépends…


SERONS NOUS CAPABLES DE DONNER NOTRE VIE 

POUR CE NOUVEAU PROJET 


DE COHABITATION PLANÉTAIRE ?