dimanche 29 mars 2015

UMP/UDI Pour des actes tout de suite



QUE VONT FAIRE DEMAIN, LA DROITE ET LE CENTRE, DE LEUR VICTOIRE AUX DÉPARTEMENTALES ?

Les caisses sont vides et les investissements engagés pour deux ans.

Toute augmentation des impôts est exclue.

Seule une chasse aux gaspis et aux fraudeurs aux prestations sociales permettrait une petite respiration, mais elle va nécessiter l'embauche de contrôleurs !

Et comme chaque élection, vous avez deux ans pour construire vos projets, avec une opposition FN qui va vous mener la vie dure...devant votre incapacité à légiférer devant les impatiences de votre nouvel électorat que vous ne pourrez pas satisfaire...par manque de marge de manœuvre financière et BRUXELLES.


samedi 28 mars 2015

La peste brune est à nos portes


TOUT EST BON POUR GAGNER POUR M SARKOSY

 

Durant la campagne municipale, il a multiplié jusqu’à l’obsession, les attaques contre un supposé communautarisme musulman plus sectaire que d'autres .

C’était un passage obligé, pour ravir des électeurs au FN et de pouvoir avoir un option pour reconquérir l’Elysée.




Son «héritage chrétien» et son «mode de vie» est à défendre contre les coups de boutoir du communautarisme musulman, lui qui est né juif, pour tout sioniste du monde.
Dans cette campagne départementale dominée par une débauche de slogans identitaires, Nicolas Sarkozy ne vise pas seulement une victoire, mécaniquement acquise, sur une gauche divisée et décriée.
Il veut aussi, surtout, faire la démonstration de sa capacité à récupérer les électeurs tentés par le vote FN.
Ce qui ferait de lui, loin devant Alain Juppé, le meilleur candidat pour 2017.
Dimanche dernier, au premier tour des départementales, l’exercice n’a pas été concluant : selon l’Ifop près de 18% des ex-électeurs ...UMP ont voté FN !!!

FN et €uro




QUE PERDRAIT-ON DE SORTIR DE €URO



Il n’y a donc pas grand-chose à attendre d’une sortie de l’euro en termes de compétitivité.

Le FN évite soigneusement d’en parler et semble faire comme si la sortie se ferait doucement et en parfaite coopération avec nos partenaires : «La coopération européenne permettra d’examiner, pendant toute la durée de la négociation, l’ensemble des options envisageables pour rétablir la souveraineté monétaire des Etats membres.»
On croit rêver !
La coopération européenne est à jeter à la poubelle sauf évidemment quand elle est nécessaire… Cette vision est naïve au mieux et plus sûrement mensongère.



Supposons que le FN arrive au pouvoir avec pour programme une sortie de l’euro et une forte dévaluation du Franc.
Que feront les détenteurs de comptes bancaires (qui auront, dans cette hypothèse, voté majoritairement FN)?
S’ils anticipent cette dévaluation de leurs avoirs ils se précipiteront sur leurs comptes et (bien peu patriotiquement mais assez rationnellement) transformeront leurs euros sur leurs comptes en banque qui bientôt seront dévalués d’environ de moitié, en euro billets de banque.
Les plus malins mettront leurs économies dans des banques étrangères (russes ?).
Cela précipitera une crise bancaire et financière qui obligera à sortir de l’euro de manière précipitée, désordonnée et bien peu coopérative.
Il est donc difficile d’envisager une sortie de la zone euro sans crise bancaire et en tout cas le programme du FN ne donne aucune piste pour l’éviter.
Après la crise financière des subprimes, celle des dettes souveraines, a-t-on véritablement besoin d’une troisième crise financière FN?

Le CHEF (autoproclamé) de la PREMIERE COALITION POLITIQUE de DROITE de la FRANCE PARLE...



UNE PAROLE DE CANIVEAU

Est-il serein d'accuser son chef d'Etat et son Parti,
sur un fait divers scandaleux qui perdurait depuis 20 ans ?
Ces faits concernent plusieurs législatures, divers Ministres de EN et de convictions différentes.

L'accuser de mettre à mal les investissements des communes et des territoires par des coupes sombres dans leurs dotations de l’état et en même temps lui imputer d'être incapable de résorber notre déficit est pour le moins cocasse.

Alors que ces même contraintes, fruits de dépenses sociales et d'investissements hasardeux antérieurs vont lui être imposés demain par l'UE, s'il accède au pouvoir comme il en rêve, en se rasant tous les matins.


dimanche 22 mars 2015

ELECTIONS





DÉPARTEMENTALES 2015

Des élections machiavéliques pour une assemblée nouvelle, dont les pouvoirs sont encore à définir, et ou les deux groupes politiques de gouvernement à l'Assemblée Nationale feront évoluer en fonction des résultats de dimanche prochain.

Tous les plus démunis et les précaires qui ne survivent que grâce aux budgets des départements sont donc directement concernés par ce scrutin.

Tous les pronostics nous promettent une victoire des partis les plus anti- assistanat de notre échiquier politique.

Ce qui laisse supposer que leurs premières mesures seront de renforcer tous les CONTRÔLES sur tous les « ayant droits » qui ne peuvent être que de sales fraudeurs.

Ce qui ne pourra qu'augmenter les frais de gestion de la Caisse d'Allocation Familiale.

Afin d’exacerber nos 5 millions de pauvres frustrés et leurs familles pour mieux les jeter dans les griffes de tous nos radicalisés de tous bords qui nous entourent.


60 % des budgets départementaux sont des allocations compensatoires de pauvreté vers nos semblables les plus miséreux.

La neige rend riche




AU PAYS DU MONT-BLANC

Un lieu ou tout coûte les yeux de la tête d'un français moyen.
Un lieu ou la mémoire des anciens a été balayée par un faste superficiel et obligatoire qui se doit d'être coûteux par excellence.

Un lieu ou toute la famille dormait dans l'unique « KING SIZE » du chalet, il n'y pas encore si longtemps.

Un lieu ou on ne sait même plus vous servir
UN BLANC LIME

vendredi 13 mars 2015

De vraies bonnes raisons d’être optimistes.


 

L’euro qui baisse depuis plusieurs mois est censé donner un vrai coup de fouet à la compétitivité des créateurs de richesse de France.
Et pourtant, la machine économique semble toujours atone…


C’est en effet un élément très positif.
Mais il y a un temps de latence avant que cette baisse ne diffuse ses effets au reste de l’économie.
Et ce, pour plusieurs raisons.
La première, c’est qu’elle ne touche que les entreprises exportatrices, et hors zone euro.
La seconde, c’est que celles-ci en profitent d’abord pour restaurer leurs marges, ou baisser leurs prix afin de gagner de nouvelles parts de marché.
Ce n’est que dans un second temps qu’elles procèdent à des investissements, qui peuvent se traduire en termes d’embauches ou en commandes auprès des sous-traitants.
C’est donc un processus long, qui explique pourquoi l’économie française n’en recueille pas immédiatement les fruits.
Par ailleurs, les entreprises n’étaient pas forcément préparées à ce phénomène...
Prenez l’exemple de Renault ou PSA.
La baisse de l’euro leur est bénéfique en zone dollar.
Mais si leur stratégie industrielle est axée sur des produits en zone euro, la chute de la monnaie unique n’a pas d’impact sur le pouvoir d'achat de leur clients.
Or, il faut du temps pour se retourner, revoir sa stratégie de marché...
La chute de l’euro peut même avoir des effets négatifs, lorsque ces entreprises font appel à des produits indexés sur le dollar.
Dans ce cas-là, elles peuvent même subir une hausse de leurs coûts.
La baisse de l’euro reste néanmoins du pain béni pour l’économie européenne et française.
L’effet en termes de compétitivité est bien plus important que le «pacte de responsabilité» du gouvernement…
La chute phénoménale de la monnaie unique, passée en quelques mois de 1,40 dollar à quasiment un dollar, représente une baisse de près de 30%.
Reste que cette baisse concerne le dollar et pas forcément les autres monnaies, notamment celles des pays émergents.
En moyenne, le taux de change effectif de la France avec le reste du monde a donc baissé de 5% à 10% seulement.
Ce qui reste considérable et confère aux entreprises exportatrices, hors zone euro, un gain de compétitivité bien supérieur au pacte de responsabilité.
Avec cette différence, cependant, que la baisse de l’euro est un phénomène volatile et seulement pour les marchés hors zone euro, alors que le "pacte" est pérenne et donne un gain de compétitivité aux entreprises françaises par rapport aux autres pays de la zone euro.
A cette chute de l’euro vient s’ajouter la baisse des prix du pétrole…
Cette baisse concerne davantage les ménages, à travers le chauffage et les transports.
Et on ressent un réel effet sur LEUR POUVOIR D'ACHAT .
Mais sans pour autant que cela se traduise immédiatement en dépenses de consommation.
En effet, chahutés ces dernières années par la crise, la hausse des impôts, ou encore le chômage, les ménages pourraient être tentés de placer ce gain de pouvoir d’achat en épargne.
Donc là encore, les effets positifs pour l’économie pourraient être décalés.
L’OFCE est optimiste pour 2015…
Tout dépendra du moment où ça redémarre.
Mais si la reprise ne tarde pas trop, la France pourrait même connaître jusqu’à 1,5% de croissance cette année.
Mais il y a de vraies bonnes raisons d’être optimistes.
D’autres éléments extérieurs suicidaires pourraient retarder la reprise ?



En premier lieu la Grèce.
Les intransigeances dogmatiques de Bruxelles quant au règlement de ce dossier pourraient retarder des décisions d’investissements.
Et du risque de l’éclatement de la zone euro ne s’éloigne pas, nombre d’investisseurs préfèrent patienter.
D’une manière générale, les différentes crises géopolitiques, comme l’Ukraine, alimentent l’attentisme des Créateurs de richesse
A condition, là encore, que l’Europe ne se fasse pas happer par la déflation, qui continue à représenter une menace pour le continent.

jeudi 12 mars 2015

Un second mandat pour Hollande?




Hollande serait-il un fin stratège et très intelligent ?


Sa politique va-t-elle dans le bon sens, permet-elle de réformer un pays sclérosé qui refuse tout changement ?



L'expression de différentes lignes politiques au sein du PS et de ses alliés est-elle salutaire et bénéfique pour la richesse du débat ?



Hollande a bien compris qu'il n'y a personne en face de lui,
A droite, qui est susceptible en l'état de gagner la présidentielle (Juppé est honni pas la droite identitaire, Sarko par le centre, le FN par 75% des électeurs.
Il ne reste que LUI.



S'il perd en 2017, ce sera par défaut (abstention), mais pas par victoire de son adversaire.
D'où la nécessité de rassembler malgré les différences. C'est une stratégie gagnante à terme. S'il est au 2ème tour de la présidentielle, il captera 100% des électeurs de gauche (du FG au modem), ce qui ne sera le cas d'aucun adversaire à droite.
La droite est atone, sans programme pour cause des 3 % de déficit impossible à tenir et plombée par les affaires judiciaires.
L'extrême droite claironne mais n'est pas en situation de gagner les élections c'est à dire d'avoir une majorité.
Il ne reste que Hollande, et il l'a bien compris.
La seule élection qui compte, c'est la présidentielle, le reste n'est que marigot rentier, politique et boule puante.



RSI (suite)


 

Pourquoi les 703869 COTISANTS

dont 2,8 millions de travailleurs indépendants

fustigent le RSI




Qui gère le RSI ?

Le RSI est géré par des représentants des travailleurs indépendants et l'Etat . Ces derniers, élus par leurs pairs, siègent au sein de conseils d'administration régionaux.
Les élections ont lieu tous les six ans, et sont généralement marquées par une forte abstention.
Aux dernières élections en 2012, le taux de participation était de 19%.
Ces 912 administrateurs élisent ensuite le conseil d'administration national.
C'est ce dernier qui émet un avis consultatif chaque année sur la loi de finance de la sécurité sociale.
Les conseils d'administration font aussi des propositions de mesures aux pouvoirs publics.


Quels problèmes connaît-il ?

Les travailleurs indépendants se plaignent régulièrement des erreurs répétées de calcul de leurs cotisations ou de leur retraite.
Il est ainsi arrivé qu'un huissier intervienne sur de fausses données. 
 
Le traitement des dossiers est lent, ce qui retarde la mise à jour de l'évolution des situations professionnelles. 
 
Et quand une erreur est constatée, c'est le parcours du combattant pour arriver à avoir rapidement quelqu'un en ligne.

Dans un rapport de 2012, la Cour des comptes a qualifié le RSI de « catastrophe industrielle » pour les travailleurs indépendants. 
 
Elle affirme que la réforme donnant naissance au RSI a été mise en oeuvre de façon prématurée, les difficultés ayant été très sous-estimées, provoquant des dysfonctionnements en chaîne pour les assurés.

La Cour des comptes recense alors des appels de cotisations erronés, des encaissements non pris en compte ou encore des droits à la retraite qui ne sont pas à jour pour près de 40% des affiliés. 
 
Une désorganisation latente qui a de graves conséquences financières, puisque chaque année, c'est environ 1 milliard d'euros de cotisations qui ne sont pas recouvrés par les services du RSI, un chiffre avancé par le Syndicat national des indépendants.

En juin 2014, les sénateurs Jean-Noël Cardoux et Jean-Pierre Godegroy ont remis un texte évoquant la crise de confiance des travailleurs indépendants dans le RSI. 
 
Un chiffre illustre bien ce phénomène selon eux: le choix du paiement des cotisations par prélèvements mensuels. 
 
Avant la réforme instaurant le RSI, 70% des cotisants choisissaient ce mode de paiement. Ils étaient 20% de moins en 2014. 
 
Une confiance d'autant plus altérée par l'alourdissement des cotisations, chiffré à un milliard d'euros selon le rapport. 
 
Le taux de cotisation pour les travailleurs indépendants reste toutefois moins élevé que pour les salariés.


Des difficultés instrumentalisées par certains

Les dysfonctionnements du RSI sont exploités par une certaine frange politique de droite et d'extrême droite, qui s'en sert pour taper plus généralement sur l'Etat et les principes universels et solidaires de la Sécurité sociale.


Les députés frontistes Gilbert Collard et Marion Maréchal Le Pen se sont ainsi rendus au rassemblement de lundi, où ils ont reçu un accueil mitigé, les manifestants craignant une récupération politique.


Par ailleurs, les difficultés du RSI à gérer ses affiliés sont du pain béni pour certaines organisations comme le Mouvement pour la liberté sociale (MLPS) du libéral conservateur Claude Reichmann, qui milite depuis vingt ans pour la fin de la sécurité sociale obligatoire, ou l'association Liberté sociale
 
Ces mouvements affirment ainsi qu'il est tout à fait légal pour un travailleur indépendant d'arrêter de cotiser au RSI pour prendre une assurance privée à l'étranger. 
 
Ils fondent leurs propos sur des directives européennes datant de 1992 qui mettent les organismes d'assurance européens en concurrence.

Oui mais voilà, ces directives ne concernent pas le régime français de sécurité sociale, qui garde son caractère obligatoire, selon un arrêt rendu par la Cour de justice de l'Union européenne. 
 
La cour insiste sur le caractère obligatoire et solidaire de la sécurité sociale française, et auquel personne ne peut déroger. 
 
Un principe réaffirmé par le tribunal des affaires sanitaires et sociales (TASS) de Vesoul en avril 2014. 

Les personnes se risquant à quitter le RSI risquent trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.


L''orthographe et les Français


 

Fautes d'orthographe

ce qui agace les ayatollah du Français

Le français est-il une langue compliquée?

Oui, s'exclament près de trois quarts des Français .
Qui s'estiment bons en orthographe,mais qui butent sur quelques difficultés comme le pluriel des noms composés.

 73% des personnes interrogées considèrent le français comme une langue difficile.

C'est surtout la conjugaison (36%) et la grammaire (37%) qui posent problème. 
Mais si trois Français sur quatre se disent bons en orthographe, près d'un Français sur deux (47%) avoue commettre tout le temps les mêmes fautes.
Et quand il s'agit d'écrire au pluriel les noms composés, les Français ont des sueurs froides... 63% rencontrent alors des difficultés.

"Pourtant depuis la réforme de l'orthographe, c'est facile! Quand on a un nom composé du type verbe plus nom, au singulier on ne met pas de s et au pluriel on en met un!" (Une absurdité ).
La différence entre le futur et le conditionnel, le pluriel des chiffres et l'accord du participe passé sont perçus comme autant d'obstacles.
Le niveau d'orthographe baisse-t-il?

D’après les résultats du sondage, il s'avère que 57 % seraient très bons en orthographe et
seraient relativement indulgents et près de la moitié des Français à se hérisser à la vue du mauvais accord du pp conjugué avec l'auxiliaire (être ou avoir)... J'ai un sérieux doute sur leur capacité à détecter la faute.

Les fautes d'orthographe dans les médias les choquent également, en particulier dans les journaux, où elles dérangent 57% des Français. 86% d'entre eux s'accordent sur le fait que les nouvelles technologies favorisent les fautes d'orthographe, et 4 Français sur 10 s'agacent quand ils reçoivent un mail ou un courrier avec des fautes.

La quasi-totalité des personnes interrogées pensent d'ailleurs que le niveau d'orthographe des Français baisse et qu'il s'agit d'un problème auquel l'éducation doit s'attaquer en priorité. 

Pour Bénédicte Gaillard, "le plus compliqué c'est l'accord du participe passé des verbes pronominaux".

Mais, assure-t-elle, "un peu de réflexion et ça devient une habitude". 

Combien de nos jeunes s'expatrie, pour cause de leur orthographe, rédhibitoire en France pour être embaucher et travailler dans certain métiers?

Passer le bac en Anglais ou en Espagnol ouvre la porte a toutes les université de UE .



mercredi 11 mars 2015

LA GRANDE PÊTRESSE Du Capitalo-Libéralisme Débridé en promo ?



L'économiste ultralibérale de l'IFRAP

A VERDIER-MOLINE refuse le contradicteur que France 2 lui opposait !

 


A Verdier-Molinié a refusé de débattre avec Henri Sterdyniak, lui préférant un opposant moins virulent.



La Capitalo-libérale débridée Agnès Verdier-Molinié, la grande prêtresse de l'économie ultra-libérale de notre audiovisuelle
Dans le cadre de la promotion de son dernier ouvrage (On va dans le mur), la responsable du think-tank Ifrap a récusé l’économiste prévu initialement pour lui porter la contradiction, Henri Sterdyniak (les économistes atterrés).
Et obtenu satisfaction et a eu droit au moins mordant Thierry Pech, responsable du think-tank Terra Nova, proche du PS.



«Ce que je trouve choquant, c’est non seulement qu’elle choisisse elle-même la personne qui lui portera la contradiction, mais aussi la promotion qu’elle puisse faire de son bouquin, où, on peut le dire, elle raconte n’importe quoi», explique Henri Sterdyniak.
Dans un mail envoyé samedi à quelques correspondants, celui-ci s’offusquait déjà: son livre «reprend une nouvelle fois le thème : il y a trop d’impôts, trop de cotisations, trop de fonctionnaires, trop de règlements, trop de normes.
Naturellement, elle fait la couverture du Figaro Magazine.
Mais, bizarrement, Laurent Delahousse l’invite immédiatement à présenter son livre.
Est-ce un tel événement sur le plan de la réflexion économique et sociale ?
Il n’en avait pas fait autant pour le Nouveau Manifeste des atterrés.»
La chaîne justifie, elle, son choix: «Verdier-Molinié était tout à fait d’accord pour que Sterdyniak soit son contradicteur.
Mais pas en direct, plutôt sous la forme de deux interviews séparés, que l’on aurait croisés au montage.
Cette économiste est un fervent partisan pour toutes les dévaluations sociales et salariales possibles … De quoi vivront les créateurs de richesses avec des millions de consommateurs pauvres ?

D’après un texte de L PEILLON



PRIMAIRES UMP




SARKOSY


«Il y a bien des arguments contre les primaires.
Vous en n’êtes pas très enthousiastes »

« moi non plus.

Mais je veux apaiser le parti».

Actions de Groupe



les actions de groupes autorisées contre les discriminations

Ce texte, selon les souhaits de notre Président de la République concernera les discriminations du handicap, hommes-femmes, ou liées à des faits de racisme et d'antisémitisme dans le travail, les transports l'accès au
logement et à la fonction publique.


la garde des Sceaux Christiane Taubira a confirmé son intention d'introduire ce dispositif dans sa réforme «Justice du 21e siècle», consacrée à la justice au quotidien, qui vise à faciliter les procédures et les formalités judiciaires en France.
«Donc pouvoir permettre aux personnes de se regrouper et de faire en sorte que sur une série de discriminations, manifeste, avec des actions délibérées, cela va permettra effectivement de réparer le préjudice vis-à-vis des victimes (...) et de mettre en lumière certaines pratiques».

dimanche 8 mars 2015

Scandaleux et possible en 2015


 

Amputée des deux jambes,

suite à un accident routier :

Elle a besoin de prothèses à 100.000 euros



Le 4 octobre 2014, Caroline Broc, 37 ans, a été victime d’un accident. 

 

Elle lance un appel aux dons, pourquoi ?

Alors qu’elle est piétonne sur un trottoir dans Lyon, une voiture conduite par un chauffard, sans permis ni assurance, la projette contre un mur.

Elle y perd ses deux jambes, amputée au-dessus des genoux, aujourd’hui, elle ne rêve que d’une chose, retrouver une vie normale.

Impossible les Assurances et l’État lui demande d'attendre : c'est un scandale !

samedi 7 mars 2015

FEMMES



VOTRE CULOTTE PEUT ÊTRE CHAUDE

ET VOTRE TÊTE FROIDE ?


Est-il possible qu’une femme soit physiquement excitée sans s’en apercevoir ?

A la vue de films érotiques qui les font abondamment mouiller, la majorité des femmes prétendent que ces films les laissent «de glace»*.
Mépris du corps ?
ou
Déni du désir ?


Si on demande aux femmes quels scénarios les excitent, elles ont tendance à minorer.

Faudrait pas avoir l’air trop «salope».
Officiellement, donc, les femmes pour leur majorité n’aiment pas l’idée de se retrouver au lit avec trois hommes, ni de se faire payer par un bel inconnu pour le rejoindre dans une chambre d’hôtel, ni les plans hardcore, ni la sodomie, etc.

Fatiguée d’entendre toujours le même discours,
la chercheuse américaine Meredith Chivers invente un appareil à mesurer l’excitation et découvre que les femmes sont excitées… même lorsqu’elles affirment le contraire.


Ces femmes mentent-elles ?
«Non», selon Meredith Chivers, qui part du principe que ses cobayes sont de bonne foi lorsqu’elles passent le test.


Dans ce cas, comment expliquer un tel aveuglement ?
S’agit-il d’un refus inconscient de ses propres émois, conditionné par l’éducation ?
Ou d’une plus grande «capacité» de faire la part des choses entre les manifestations physiologiques et l’excitation mentale ? Plusieurs hypothèses sont possibles.

Excitée sans le savoir

La première hypothèse repose sur l’idée d’une disparité fonctionnelle entre le pénis et le vagin. En d’autres termes : il est cliniquement possible que la femme soit excitée sans le savoir. Elisa Brune et Yves Ferroul l’expliquent : «Un clitoris peut être gorgé de sang et gonflé en érection sans que sa propriétaire en soit le moins du monde au courant.
Situation impossible pour un pénis dont l’aspect crie son état sur tous les toits. Raison, sans doute, pour laquelle excitation mentale et excitation physiologique sont plus étroitement liées chez l’homme que chez la femme.
Raison aussi pour laquelle la probabilité de masturbation spontanée est plus grande chez les garçons que chez les filles.
Une érection visible, d’un côté, va induire un comportement de curiosité et de renforcement de l’excitation, alors qu’une érection invisible, de l’autre côté, va laisser le champ ouvert à une multitude de ressentis différents : excitation, ou gêne, ou malaise, ou incompréhension, ou saute d’humeur, ou inconscience pure et simple.
Est-ce pour cela que 54 % des hommes disent penser au sexe au moins une fois par jour, contre seulement 19 % des femmes ?»

«
On peut donc être excitée, sans le savoir, et ce même lorsqu’on baigne dans une ambiance sexuelle ?
Lorsqu’on soumet des hommes et des femmes à des stimuli pornographiques, les réponses physiologiques sont équivalentes en rapidité et en intensité (mesurée par l’augmentation du débit sanguin dans les organes génitaux qui lui-même induit la lubrification chez la femme).
À cette différence près que les femmes déclarent souvent ne ressentir aucune excitation (là où les hommes sont parfaitement conscients de ce qui se passe).»
Pour Elisa Brune et Yves Ferroul, il est physiologiquement possible pour une femme de rester sourde aux appels lancés depuis sa culotte.
Mais cette surdité est-elle une bonne chose ?
Culturellement, les femmes sont éduquées à nier leurs désirs. Si elles se bouchent les oreilles, refusant d’entendre ce que le corps leur dit, faut-il se contenter de dire «C’est comme ça ?».
Ou faut-il inciter les filles à se fier plus à leurs sensations physiques qu’à la morale répressive ambiante?

Désolante psychologie évolutionniste
La question est difficile car il se peut fort que les sécrétions vaginales n’aient POUR DE VRAI rien à voir avec l’excitation mentale.
«On a déjà constaté des vagins lubrifiés lors de viols, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il y avait consentement ou plaisir, raconte Elisa Brune.
La paroi vaginale répond du tac au tac lorsqu’on a besoin d’elle, quel que soit le scénario.» Le problème avec cette hypothèse-là, c’est qu’elle est récupérée par des adeptes de la psychologie évolutionniste et détournée à leur profit : ils affirment que la «vasocongestion réflexe» du vagin (le fait que les femmes se mettent à mouiller dès qu’elles sont confrontées à des corps nus ou des situations sexuelles) «pourrait être le résultat d’une adaptation évolutive rendant la femelle apte au coït plus rapidement, c’est à-dire indistinctement à la moindre alerte, ce qui la protègerait des blessures en cas de sollicitation brutale
Idée rancie, sous-tendue par une idéologie scientiste qui ramène systématiquement le désir à sa seule dimension biologique.

Il est toujours désolant de constater que les résultats de recherche qui devraient nous amener à poser de vraies questions sur ce que nous sommes (ou ce que nous voulons) sont mises au profit d’un discours –rabâché
ad nauseam– réduisant la sexualité à n’être qu’un instinct primal, puis qu’un programme génétique, hérité du Pléistocène.
C’est le même discours que celui qui consiste à dire : la pornographie est une drogue, puisqu’elle réduit notre self-control ; les hommes sont naturellement des violeurs polygames attirés par le rapport taille-hanche de 0,7 ; les femmes sont naturellement des harpies frigides, possessives et monogames… Il est désolant de constater que ce discours, désespérant car rempli de mépris envers la complexité humaine, reste la réponse à tout lorsque nous sommes confrontés à des données étranges.
Pourquoi les femmes s’excitent-elles sur les bonobos qui copulent et pas les hommes ?

Ouvrir de nouvelles pistes
Le chercheur Martin Baker avance : «Lorsque Meredith a fait cette curieuse découverte, elle avait bien conscience que ça ne collait pas avec la doxa.
La doxa veut que les mâles humains soient excités par le fait de multiplier leurs partenaires et que les femelles humaines, au contraire, ne soient excitées que par la tendresse et l’amour.
Le problème que soulève la contradiction entre ce qui les excite physiquement et ce qu’elles prétendent devrait pourtant nous encourager à ouvrir de nouvelles pistes de réflexion sur la sexualité.»

Après quoi, Martin Baker propose son analyse : «
Nos corps réagissent à certaines images et, ce faisant, nos corps nous encouragent à définir ce qu’est le sexe et la sexualité suivant des critères physiologiques…
Nous sommes des créatures remplies de désir pour le sexe, mais également remplies d’attirance pour le désir lui-même.
Quand nous grandissons, nous devenons conscient de la possibilité du sexe.
Nous apprenons à identifier les réponses physiologiques de nos corps aux possibilités sexuelles. Nous apprenons également à nous définir en fonction de ces réponses : il y a des choses qui nous excitent et d’autres pas. Cela fonde notre identité (sexuelle, mais pas que).
Nous apprenons à comprendre qui nous sommes en comparant ce qui nous excite avec ce qui excite les autres et à voir le monde comme un champ ouvert d’interdits ou de possibilités.
Ainsi se construit notre univers fantasmatique, à la croisée du corps, du moi et des normes culturelles.
Les trois sont nécessaires et il serait intéressant de réfléchir sur la sexualité entendue comme le résultat d’une interaction entre ces trois univers».


Le port d'un string sans protection va devenir problématique ?
Que dire à nos adolescentes confrontées à un tel épisode ?
Q'en pensent les séducteurs invétérés ?

*Pourquoi les femmes à qui on montre des images de sexe affirment-elles que cela ne les excite pas alors que des appareils de mesure installés sur leur corps enregistrent un afflux sanguin brutal, accompagné d’un taux de sécrétion vaginale intense ? Leur culotte est trempée mais les femmes nient. Inconscience ? Mensonge ? Déni ?

Enfoirés d'imbéciles




Fallait-il vraiment en faire tout un plat :
d'une petite chanson ?


Il y a quelque chose de délicieux à observer le nouveau maccarthysme qui fleurit dans une société obsédée par les «dérapages», les «sorties de route» et l'usage du pilori médiatique.



Avec le concours démultiplicateur de réseaux sociaux qui reproduisent à la vitesse de la lumière les opinions des procureurs improvisés.
Mais il ne s'agit plus de débusquer les communistes en période de guerre froide.
Non, le nouveau crime qui vaut excommunication, et qui est au moins aussi vague que l'accusation du sénateur McCarthy, c'est de se rapprocher plus ou moins d'une entité dévorante et indéterminée: la réaction.
Dernière victime: le gentil par excellence, le chanteur consensuel du bovarysme contemporain et des rêves d'évasion, Jean-Jacques Goldman.
La polémique sur la dernière chanson des Enfoirés a ceci d'amusant qu'elle réunit dans la dénonciation lapidaire des «réacs» «antijeunes» (crime suprême), un JoeyStarr et un Jacques Attali. Aux antipodes l'un de l'autre?
En fait, qui se souvient du formidable petit essai de Jean-Claude Michéa, La Caillera et son intégration (Climats, 1999), comprendra comment un représentant de ce rap qui a érigé l'imagerie de la loi de la jungle et de l'argent roi en affirmation identitaire peut rejoindre un des artisans de la mondialisation heureuse et dérégulée.
Vulgaire et antijeune pour l'un, marchant pour l'autre sur les traces du FN… Qu'est-ce donc qui a pu déclencher une telle artillerie?
Une chanson pleine de bonnes intentions sur une jeunesse qui interpelle la génération précédente, celle, bénie, du plein-emploi (davantage la génération de Jean-Jacques Goldman et Maxime Le Forestier que de ceux qui les entourent), et se voit répondre par des vieux volontairement présentés comme un peu angélistes (et donneurs de leçons quand ils disent à ces «petits cons» de ne pas fumer) «faut vous bouger», «ce qu'on a, on ne l'a pas volé».
Un peu de second degré, un peu de bons sentiments et tout le monde se réconcilie.
De Natacha Polony

jeudi 5 mars 2015

LE VIOL




«Lorsqu’une femme se fait violer, elle ne devrait pas se défendre.
Elle devrait se taire et se laisser faire»

C'est la déclaration d'un violeur condamné à mort après le le viol collectif et du décès d'une étudiante dans un bus en 2012 en Inde

Ses propos sur la place de la femme dans la société indienne sont atterrants et nous scandalisent, mais ils ne sont pas très éloignés de ce qui se disait, il n'y pas 50 ans dans notre pays sur ce sujet, le viol n'a pas été éradiqué de notre société , il sévit toujours.


Jyoti Singh agée de 23 ans, l’étudiante en médecine était montée dans un bus avec son petit ami après une soirée au cinéma.
Elle avait alors été violée puis passée à tabac par six hommes, dont Mukesh Singh, le chauffeur du véhicule.
Quelques jours plus tard, elle succombait à ses blessures, suscitant en Inde une vive émotion et une vague de manifestations.
«Une femme décente ne traîne pas dehors après 21 heures. Les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Les femmes sont faites pour le ménage et les travaux domestiques, pas pour traîner dehors à faire des mauvaises choses et porter des mauvais vêtements.
«La peine de mort rendra les choses encore plus dangereuses pour les femmes. Avant, les hommes violaient les femmes et se disaient "laissons-la, elle ne dira rien à personne". Maintenant, lorsqu’ils violeront une femme, en particulier les criminels, ils la tueront.»
Le comble, c'est le résultat de l’enquête menée par le gouvernement indien qui donne ce résultat :
Menée sur 6 168 étudiants (lycéens et universitaires), révèle que 43% des garçons et 39% des filles estiment que les femmes doivent accepter un certain degré de violence.


D'après un texte de Amel CHETTOUF



dimanche 1 mars 2015

ENCORE UN MALAISE PRECIPITE DES PROFS DE ZEP


 

Des demandes de mutation affluent

Dans les rectorats

depuis la suppression des ZEP.



Les choses se sont précipitées pour les plan de carrières des profs : prof dans un lycée professionnel en banlieue parisienne.
Il a déposé son dossier in extremis fin décembre quand il a appris par la rumeur que le Ministère de l’Éducation Nationale s’apprêtait à changer les règles du jeu : les points de bonification dont bénéficient les profs en zone prioritaire (ZEP) se périment en 2017… «Ils servent à obtenir ta mutation.
Là, d’un coup, on t’annonce que si tu ne les utilises pas dans les trois ans, tu perds tout.»
Ce qui est bien entendu impossible en droit français !!!


mensuetude coupable




POURQUOI des délits passent a la trappe de la justice?
Des instructions qui s'égarent et sur lesquels notre justice sélective passe...

L’agression à caractère raciste de deux Maghrébins par une quinzaine de membres de la Ligue de défense juive (LDJ), en 2009, fait partie de ces enquêtes rapidement bouclées par la police qui, une fois mises à l’instruction, est gentiment oublié sous une pile au fond d’un bureau.

Cinq ans après leur mise en examen, en janvier 2010, aucun des six suspects n’a encore été renvoyé devant le tribunal.
Et il aura fallu attendre le 21 janvier 2015 pour que deux de leurs complices présumés soient à leur tour convoqués en vue de leur mise en examen par Carole Vujasinovic, cinquième juge d’instruction à hériter du dossier en autant d’années.
Les deux jeunes hommes n’ont jamais répondu à leur convocation : la justice les soupçonne d’avoir refait leur vie en Israël.
Ce manque de célérité est d’autant plus difficile à comprendre que le caractère raciste de l’agression est avéré et que ses auteurs se réclament d’une organisation que le ministère de l’intérieur a récemment annoncé vouloir dissoudre.
A l’époque, ce fait divers n’avait pourtant inspiré aucune réaction officielle.
Son retentissement s’était limité à une brève dans les colonnes du Parisien : « Bagarre à la sortie de la fête propalestinienne ».
Un traitement a minima qui n’a pas manqué d’alimenter sur certains sites communautaires le sentiment d’un « deux poids, deux mesures ».
« A mort les Arabes »