mardi 29 avril 2014

On massacre nos enfants


 

 

Le drame de l'apprentissage en France

Cela fait 60 ans qu'une petite caste corporatiste de «sachants» autoproclamée, bloque tous les systèmes d'apprentissage dans notre pays.




Davidenkoff un pur produit du système croit nous révéler les lacunes de l'Éducation nationale, nous sommes des millions à avoir été les victimes expiatoires de son mal être et de son incompétence pédagogique .



Ces fonctionnaires ont bloqué toutes les évolutions de la machine, alors que tant de profs sont prêts à bouger ?
Une jeune femme de 41 ans issue de l'entreprise privée, devenue professeur des écoles, redécouvre la Méthode Frenet, elle s'était vu refuser un devoir de philo réalisé sur PCW, en première.
Il ne faut surtout pas remettre en cause le petit « business modèle » qui permet aux castes républicaines et issues de la méritocratie de prospérer, un modèle qui permet aux cadres dirigeants et hauts fonctionnaires et les enseignants ont protégé leur territoire en interdisant tout accès aux non initiés.
C’est ce qui conforte toutes les études sociologiques" et menace le « dogme égalitarisme » dernier rempart du pouvoir syndical.

Vincent Peillon avait pourtant amorcé un vrai changement :




Les Mammouths de l'Education Nationale se meurent car des milliers de jeunes loups les achèvent discrètement et efficacement par COURRIEL.



En 2012, l’enquête Profetic faite par le ministère auprès de 6.000 profs du secondaire avait montré que moins d’un enseignant sur quatre utilisait le numérique pour évaluer, communiquer ou donner des devoirs.
Mais que 87% d’entre eux s’étaient formés au numérique par eux-mêmes, ou grâce à des collègues , comme 90% de tous les utilisateurs . Et que 92% estimaient que le numérique est un plus pour diversifier les pratiques pédagogiques et faire des préparations de cours.



Vincent Peillon a surfé sur cette tendance et inclus dans sa loi de refondation de l’école de juillet 2013 la création d’un service public du numérique éducatif. Il a assuré que les enseignants seront formés au et par le numérique dans les ESPE (Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation), et il a ouvert un site, M@gistère, pour la formation en ligne des 370.000 professeurs des écoles.



De son coté, Geneviève Fioraso a lancé une initiative d’envergure pour le développement du numérique à l’université avec la création de la plateforme France université numérique (FUN). Autant de signes d’espoir.



Par ailleurs nombre d’acteurs dans les grandes écoles qui ont développé des MOOCs s’interrogent encore sur les réelles conséquences de ceux-ci.
"Personne aujourd’hui ne sait exactement quel business modèle sous tendra les MOOCs à l’avenir", affirme Bernard Ramanantsoa, le directeur d’HEC, qui a lancé une série d’expérimentations, mais prudent comme un nanti du modèle, souhaite rester très vigilant à moyen terme.
Certains ont vu dans les MOOCs un risque de disparition des écoles de commerce d’ici 10 à 15 ans. Je n’y crois personnellement pas, l'enseignement ne peut pas être remplacé par WIKI....pedia." 
Le signal d’alarme lancé par Davidenkoff est dépassé, le numérique et la toile ont investi l'Education Nationale à son insu.
Comment s'y retrouver dans le mixage planétaire de tous ces plagiats, ? que vont devenir les droits des auteurs qui faisaient le « fond de commerce » de la toile ?
Il ne fait que révéler une revue très complète des enjeux actuels du numérique dans l’éducation.
Le Mammouth relèvera le défi pour mieux lui survivre et inventer un successeur à sa botte...
En 17 ans, l’Educ Nat’ a épuisé 8 ministres, soit un tous les 24 mois : Claude Allègre,  Jack Lang, Luc Ferry, François Fillon, Gilles de Robien, Xavier Darcos, Luc Chatel,  Vincent Peillon… Tous ont proposé une réforme, tous sont plus ou moins sortis tête basse.
Espérons que les réformes Peillon seront bien reprises  par son successeur.
Bon courage, Benoît Hamon !


lundi 28 avril 2014

La part du lion


 

 

Clara Gaymard PDG de Général Electric FRANCE

est à la manœuvre pour défendre les intérêts de sa Société dont elle est la vice-Présidente


«Nous ne ferons rien sans vous», aurait promis Clara Gaymard à A MONTEBOURG.
C'est en tout cas ce qu'a affirmé le ministre de l'Économie et du Redressement productif ce matin sur les ondes de RTL.
L'épouse de l'ancien ministre de Jacques Chirac est, depuis septembre 2006, présidente de General Electric France et vice-présidente de GE International.



Avant de rejoindre le groupe américain, elle dirigeait l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII). 
 
Mais visiblement, Montebourg en veut au patron d'Alstom, P KRON, de l'avoir mis «devant le fait accompli», en annonçant sans prévenir  un projet de rachat de 70% de son entreprise pat le géant américain. 
 
La fille du professeur Lejeune, formée au RPR au temps de Jacques Chirac, auprès de qui elle débuta sa carrière en 1982 à la Ville de Paris, se retrouve donc dans la situation de devoir apporter sa caution personnelle à un projet de rachat américain.
 
Aussi bien son mari, quand il a été brièvement ministre de l'Économie, que sa famille politique d'origine ont en général défendu la thèse du patriotisme économique ou, à défaut, de filières industrielles européennes. 
 
À cela, Clara Gaymard oppose l'ancrage de longue date de  GENERAL ELECTRIC dans le paysage économique français. 
 
«General Electric est en France depuis quarante ans, dans huit sites de productions qui emploient 11.000 salariés», explique-t-elle, en insistant sur le rôle d'investisseur de son groupe dans le tissu économique hexagonal.

À l'Élysée avec le président de GE

Ce matin, le commissaire européen Michel Barnier, un Savoyard qui a parrainé Hervé Gaymard en politique, a plutôt validé la démarche de Clara Gaymard. 
 
«Nous sommes dans le secteur privé, nous ne sommes plus dans le domaine de l'économie administrée», a relevé le commissaire européen.
«Il faut regarder les deux offres, ce qu'elles représentent en termes d'emplois maintenus ou à venir, en termes d'investissements», a-t-il expliqué sur Radio Classique. 
 
Clara Gaymard sera ce matin à l'Élysée aux côtés du président de l'entreprise américaine pour défendre cette thèse. 
 
Car les analystes considèrent que l'offre américaine est plus complémentaire, meilleure que Celle de SIEMENS en termes d'emplois, même si elle a moins de sens du point de vue d'une politique d'intégration de l'économie européenne.

Assez régulièrement, C GAYMARD est intervenue dans la presse pour souligner le déficit de compétitivité de l'économie française.
«Nous avons de bons écosystèmes, dans l'énergie, la santé, l'aéronautique, mais ils sont de plus en plus fragilisés», avait-elle dit sur France 24 en 2013. 
 
Et, le 22 janvier dernier, elle déclarait sur France Inter que «la France se réforme avec une lenteur d'escargot». 
 
A elle de préciser si l'épisode du rachat d'une partie des actifs d'Alstom est une illustration de cette fragilisation des champions Capitalo-libérales Débridés très mal géré par ses petits copains PDG.

D'apres un texte de C JAIGU

vendredi 25 avril 2014

Certificats d’hébergement





Citoyens Immigrés, voilà ce qui vous attend

vu le pouvoir exorbitant que le gouvernement

Sarkosy a accordé aux maires !!



Les récents résultats électoraux vont nécessairement déclencher des applications restrictives de ces pouvoirs, en particulier dans les villes de la Droite Forte ou du FN.
La mise en œuvre de la préférence nationale dans les villes concernées s’annonce beaucoup plus préoccupante qu’elle ne l’était en 1995 à Vitrolles, à Orange.
Non pas que leurs élus aient changé sur le fond : c’est surtout leur marge d’initiative qui s’est considérablement étendue.


La première loi Sarkozy de 2003 marquait, en effet, un tournant en droit des étrangers en donnant des prérogatives sans précédent aux maires en matière d’immigration.
«Trop longtemps, l’immigration est restée une question confisquée par les administrations centrales, comme si aucun maire n’était capable d’aborder ce sujet de société avec la modération et le sang-froid nécessaires.
Les communes ont pourtant un rôle décisif à jouer», disait le ministre de l’Intérieur de l’époque (Assemblée nationale, 3 juillet 2003).



Cette déconcentration du pouvoir de police des étrangers passe, d’abord, par un pouvoir décisionnel donné au maire en matière d’attestation d’accueil.
Ce certificat d’hébergement, délivré par le maire à l’hébergeant qui se propose d’accueillir en France un visiteur étranger, repose désormais sur un large pouvoir du maire.
Selon la loi, le maire doit vérifier si l’hébergeant peut accueillir «dans des conditions normales» à son domicile.
Sauf que des normes, il n’y en a pas !



La circulaire du 23 novembre 2004 censée les préciser stipule qu’«elles doivent être appréciées eu égard aux considérations de lieu et de temps».
Comprendra qui peut.



Et d’ailleurs, «l’intention du législateur étant de donner un large pouvoir d’appréciation au maire en ce domaine».
Rappelons au détour, qu’ici, le maire agit non pas en tant qu’autorité décentralisée mais bien en représentant de l’Etat.
Imaginons un instant une circulaire précisant qu’en matière d’état civil ou d’inscriptions sur les listes électorales, l’intention du législateur est de laisser un large pouvoir d’appréciation au maire.
Qu’en sera-t-il à Hénin-Beaumont ?



La même loi permet, enfin, aux maires qui le souhaitent de mettre en place un fichier informatique des hébergeants validé par la Cnil puis par le Conseil d’Etat en 2006.
Qu’en sera-t-il à Fréjus ?



Autre prérogative, le maire est chargé, depuis 2003, d’instruire les demandes de regroupement familial.
C’est, en effet, lui qui précisera au préfet si les conditions de ressources et de logement de l’étranger, qui souhaite être rejoint par sa famille, sont réunies.
Qu’en sera-t-il à Mantes-la-Ville ?



Le maire est également sollicité par le préfet pour préciser s’il lui semble que l’étranger, titulaire d’une carte d’un an, est suffisamment intégré pour obtenir une carte de résident.
Qu’en sera-t-il à Béziers ?



La loi Sarkozy de 2006 marque, en ce qui la concerne, l’extension du contrat d’accueil et d’intégration des migrants et la mise en place de plans départementaux (PDI) et régionaux d’intégration des populations immigrées (Pripi).
Les circulaires, de 2009 et 2010, insistent sur l’importance de la construction avec les communes de ces programmes.
Qu’en sera-t-il dans le Var ?



En 2006 puis en 2011, c’est le contrôle des mariages qui est largement renforcé.
Au nom de la lutte contre les mariages «blancs» et «gris», les étrangers sont une nouvelle fois visés.
Non pas directement : le Conseil constitutionnel s’est plusieurs fois opposé à l’idée de contrôles spécifiques aux étrangers qui porteraient atteinte à leur liberté fondamentale matrimoniale.
Le texte précise que le maire contrôle, par une audition préalable au mariage, les intentions de tous les futurs époux, sauf, si cette «audition n’est pas nécessaire» car leur intention matrimoniale n’est pas sujette à caution.
Dans les faits, et comme le montre l’association les Amoureux au ban public, ce sont bien les couples mixtes qui subissent les a priori d’un défaut de consentement.
Qu’en sera-t-il demain à Hayange ?



Ces multiples transferts de compétences étatiques aux maires, du mariage à l’accueil d’amis ou de membres de familles, n’ont pas été remis en cause depuis deux ans et ce malgré l’alternance.
La droite les a votés, le PS les a confirmés et le FN va aujourd’hui en récolter les fruits.
Certes les tribunaux pourront, ici ou là, éviter les plus graves dérapages.
Ils l’ont fait en d’autres temps, quand des communes ont porté atteinte au droit à la scolarisation des enfants étrangers (Saint-Gratien dans le Val-d’Oise, Ris-Orangis dans le Val-d’Oise ou Tomblaine en Meurthe-et-Moselle), quand ils ont commis des discriminations en matière de logement ou utiliser leur droit de préemption pour écarter des étrangers (Pont-de-Chéruy ou Charvieu-Chavagneux en Isère) ou encore, quand ils ont discriminé en matière d’aide sociale (Vitrolles mais aussi… Paris en 1986).
Encore faut-il que des plaignants fassent jouer leur droit.



Or, le propre de l’échelon municipal c’est sa proximité : pour le meilleur et pour le pire.
L’exercice des voies de droit est d’autant plus simple que le contrevenant est éloigné.
Engager une procédure contre le maire, c’est craindre les répercussions sur sa demande de logement, de crèche ou d’emploi.



Heureusement que ces dispositions peuvent s'abroger facilement...Mr CAZENEUVE au travail !

vendredi 18 avril 2014

NPA ,CGT ,FN, LO....



 

Réquisitoire élu FN contre l'islam , l'immigration récente et apologie de la colonisation bolchevick : 

le maire BLEU MARINE d'Hayange, Fabien ENGELMANN, énumère sa profession de foi frontiste.



Ex-Syndicaliste CGT devenu maire Bleu Marine d’Hayange (Moselle), dénonce «l’idéologie mahométane», «sectaire» et «en totale contradiction avec notre Constitution» dans son autobiographie, Du gauchisme au patriotisme.
Engelmann, 34 ans, retrace dans ce livre son parcours, depuis l’extrême gauche (Lutte ouvrière, le NPA), en passant par le syndicalisme (la CGT), jusqu’à l’extrême droite, avec le FN.


A plusieurs reprises, il critique «un dogme mahométan très offensif, dangereux pour la démocratie, pour les droits des femmes et pour nos libertés individuelles»
 
Il rejette cette «idéologie» «sectaire, figée dans son passé». Fabien Engelmann, dont le livre est édité par Riposte Laïque, un mouvement anti-islam, s'«interroge sur cette religion. 
 
L’islam me fait peur, pour le respect du droit de la femme, des minorités... J’ai lu le Coran et ce livre me fait peur».

Et pas la bible ou la thora ?

Il loue d’ailleurs dans son livre le Parti de la liberté néerlandais de Geert Wilders, allié au FN pour les européennes, qui «n’hésite pas à comparer l’idéologie islamique au nazisme»
 
Liant souvent islam et immigration, ce membre du bureau politique du FN depuis l’été 2011 prend parfois soin de distinguer l’immigration ancienne, y compris maghrébine, et «la nouvelle immigration» dont «trop viennent bien souvent pour profiter des aides sociales sans travailler et pour imposer une idéologie religieuse "moyenâgeuse"».

Des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants bravent la mort pour venir faire du prosélytisme islamique chez nous ?

Le nouveau maire d’Hayange livre aussi une galerie de portraits de dirigeants FN et notamment de sa patronne, Marine Le Pen, «une Gauloise», ou de Jean-Marie Le Pen «à la dialectique formidable» mais «qui ne fait plus la pluie et le beau temps au FN»
 
Il ne «supporte pas l’homophobie», n’est «pas favorable au mariage qui ouvre le droit à l’adoption» pour les couples homosexuels. 
 
Il se prononce «contre la peine de mort», alors que Marine Le Pen y est favorable «à titre personnel».

Enfin, il livre une charge contre l’Algérie et les immigrés algériens : «Issu d’une famille pied-noire, je ne peux m’empêcher de rappeler encore et toujours que l’Algérie doit tout à la France.»

Un vrai « Pieds Noirs » venu peupler l’Algérie après notre défaite de 1870 et la perte de l'Alsace et la Lorraine.

Avant la colonisation, l’Algérie n’était, selon lui, «qu’un désert sans peuple défini. 
 
Et aujourd’hui certains d’entre eux trouvent encore le moyen de venir dans notre pays quémander toujours plus de générosité, dans cette France qu’ils haïssent et sur laquelle ils crachent. 
 
Ils nous reprochent une colonisation qui les a enrichis et dans laquelle ils auraient dû normalement prospérer s’ils s’en étaient donné la peine.»

La FRANCE a déclaré l’Algérie territoire de peuplement, les Algériens ont été des indigènes jusqu'en 1961.

Aucun investissement n'a concerné les indigènes, toutes les infrastructures n'avaient qu'un but : le bien être des « pieds noirs » et de l’économie assistée du territoire.

Le pétrole et le gaz sont « bel et bien » Algériens !

mardi 15 avril 2014

DEVALUATION


 

Dévaluer l'euro ou dévaluer les salaires ?







La décision de dévaluer ou pas l'euro reste suspendue à la BCE et aux consensus de UE.



Il existe aujourd'hui un accord assez large pour estimer que, pour les pays du sud, l'euro est surévalué d'à peu près 10 %».



Quand un pays est en régime de liberté des taux de change, il a la possibilité de dévaluer.
Mais s'il est intégré à la zone euro, il lui reste à espérer dans l'idéal que la BCE intervienne sur le marché pour faire baisser l'euro.



Le problème est qu'un certain nombre de pays, dont l'Allemagne, estiment qu'une telle mesure serait contre-productive.

Pour l'Allemagne, si l'euro est surévalué par rapport à nos prix intérieurs, c'est parce que nos prix intérieurs sont trop élevés.» 

Il suffirait de faire les réformes nécessaires pour retrouver la bonne compétitivité 

C'est la dévaluation des salaires et du social.

En somme, que disent les partisans d'un euro plus faible ? 
 
Que la crise de la dette et les restrictions budgétaires ont provoqué une baisse générale des prix (0,5 % d'inflation) alors que l'objectif de la BCE est 2 %. 
Un taux d'inflation trop bas qui empêche la reprise et freine la croissance.

De là, il est tiré argument en faveur d'une politique monétaire plus souple pour booster l'inflation et éviter la hausse de l'euro qui tend elle-même à aggraver les risques de déflation.
 
En janvier, une étude du Conseil d'analyse économique testait les conséquences d'une baisse de 10 % de l'euro sur notre économie. Dans ses conclusions, le CAE, tablait sur une hausse de 8 % de la valeur de nos exportations. Pour les experts, l'impact d'une dévaluation de l'euro par rapport au dollar serait plus sensible que par rapport au yuan par exemple.

Comment pousser la BCE et UE?

On sait qu'une variation de prix a un effet direct sur le volume des exportations vers les pays de l'OCDE, les biens français devenant du coup concurrentiels. Une dépréciation de l'euro de 10 % entraînerait une hausse du PIB de 0,6 % après un an et de 1 % après deux ans. En attendant, la question est de savoir comment infléchir la politique de la BCE. « Sommes-nous assez entreprenants pour parvenir à pousser la BCE à intervenir sur le taux de change, ou bien considérons-nous que la BCE ne fera rien face à des thèses allemandes jugées dominantes ?

Euro fort, importations moins chères... de l'Or Noir

Dans le paysage actuel, on aura bien du mal à trouver des partisans d'un euro fort, si ce n'est dans quelques pays, Allemagne en tête. Il est vrai qu'Outre-Rhin, on est moins sensible au taux de change qu'en France ou dans les États du pourtour méditerranéen. Plus l'euro est fort, moins onéreuses sont les importations pour une industrie allemande très tournée de niches vers le haut de gamme.

L'Allemagne a orienté sa production en délocalisant une partie de la confection de ses pièces dans des pays à plus faible monnaie comme l'Europe de l'Est qui se trouve à ses frontières immédiates.

En Allemagne, on trouvera donc bien des inconvénients à un euro faible. La chancelière en profite au passage pour nous servir quelques vérités. Si l'euro est surévalué par rapport à nos prix intérieurs, c'est bien parce que nos prix intérieurs sont excessifs. 

A nous, en substance, d'engager les réformes nécessaires pour retrouver la bonne compétitivité. 

Selon Élie Cohen «la solution pour les Allemands serait que nous nous engagions dans une dévaluation fiscale dans laquelle nous baisserions nos prix, donc nos salaires, pour retrouver un niveau de compétitivité qui nous permette de continuer à être présent à l'international. En bref, il nous faudrait baisser nos coûts salariaux et notre pression fiscale sur les entreprises…»

Des inconvénients à une dévaluation de l'euro, il y en a incontestablement aussi. Un taux de change surévalué, bref un euro fort, reste une bonne chose pour notre facture énergétique.

La crainte d'une facture énergétique en trop forte hausse, sauf si l'énergie renouvelable vient à s'imposer !



«Si on dévaluait demain de 10 % la monnaie européenne, nous serions effectivement plus compétitifs sur les marchés extérieurs, mais notre facture énergétique croîtrait automatiquement de 6 milliards d'euros. 

Bref, les avantages qu'on gagne d'un côté, on les perd de l'autre et vice-versa», précise Élie Cohen. 

Quoi qu'on dise, on sait depuis le début qu'une monnaie commune et des conditions de compétitivité très variées entre pays européens, créent des distorsions d'un État à l'autre. 
 
Le bon taux dollar-euro serait probablement d'1,50 euro pour l'Allemagne, d'1,20 pour la France, d'1,10 pour l'Espagne, d'1 pour le Portugal et la Grèce.

Il existe des différentiels de compétitivité intrinsèques qui ne sont pas du tout reflétés par le taux unique de l'euro qui est aujourd'hui de 1,38 ou 1,39», conclut l'économiste.

D'apres un texte de Jean-Marie Decorse



Les ayatollahs et talibans


 

La fin du zéro pointé en dictée

Les ayatollahs de l'orthographe vont monter aux créneaux

Une faute, un point en moins.

5 fautes Zéro et éliminatoire.

Avec son système de notation ancestrale, la dictée voit fleurir les zéros pointés.

Pour éviter de décourager les abonnés aux notes calamiteuses, l'éducation nationale a imaginé un nouveau barème, présenté jeudi 10 avril dans le cadre de la loi sur la refondation de l'école.

Les élèves de primaire et de collège évalués selon ce système verront s'additionner les scores obtenus dans trois catégories distinctes : l'orthographe des mots, l'accord des noms et l'accord des verbes.




DIFFICULTÉS GRANDISSANTES :



Comme on pouvait le redouter au ministère, les Ayatollahs et les Talibans ont accusé ce système de relever artificiellement les notes sans s'attaquer au problème de fond : des difficultés orthographiques grandissantes des Français.
Parmi ces critiques, celles du « champion du monde » d'orthographe et professeur de français dans un lycée nordiste, Bruno Dewaele.
« Ce n'est pas en changeant le barème qu'on va apprendre les règles à nos élèves », prévient-il.
Pour lui, l'école française ne consacre plus assez de temps à l'apprentissage de l'orthographe, tandis que l’erreur orthographique a envahi nos médias et l'espace public.
C'est directement votre échec, vous avez été incapables de transmettre le moyen d'écrire sans erreur notre langue à des millions d'enfants !!!



« Comment voulez-vous que les jeunes se sentent concernés lorsque des ayatollahs relayés par des talibans vous méprisent et vous discriminent en permanence ? »
Écoliers et collégiens ne verront pas tous apparaître le nouveau barème du ministère dans leur cahier de dictée, c'est bien regrettable...
Il ne s'agit que d'une incitation.
D'après un texte de Mélinée Le Priol

jeudi 10 avril 2014

NOUVELLE DONNE




OSEZ EN FAIRE LA PUB

Dons et cotisations à Nouvelle Donne vous donne droit à une réduction d'impôt de 66% des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable et de 7500€ de dons par an.

C'est bien, ça ne coûte rien ou presque, c'est moins cher que votre sport favori, et à première vue, moins de temps que vos loisirs !

jeudi 3 avril 2014

Les suicidaires



QUI A GAUCHE

VA SE RISQUER DE NE PAS VOTER
LA CONFIANCE

AU GOUVERNEMENT VALLS ?

ET

PROVOQUER UNE DISSOLUTION ...

Un retour de baton




Quelle victoire, mes aïeux...
   j'en frémis !


Il suffirait, à certains de bien regarder les graphiques qui font la comparaison entre 2008 et 2014 ! pleins d'enseignements.

On a pour le premier tour, il y a eu 35.4 % d'abstentions et au second 36.5.%

Tant du côté des Roses que du côté des Bleus.

C'est un échec pour les Roses, mais loin d'être un raz de marée pour les Bleus qui font 44% et les roses 41.5 % et plus encore, dans les villes de grande importance.

En 2008, Les Bleus dans les villes de plus de 20 000 habitants, avaient perdu 98 villes.

Et en 2014 ils n'en gagnent "que 51  et une dizaine pour les Bleus Marines.

Les Roses sont très loin de votre raclée de 2008 :

Les Bleus ont encore beaucoup de chemin à faire surtout quand on sait qu'il reste aux Roses l’Élysée, Matignon, le Gouvernement, l'Assemblée Nationale, les Régions, les Départements !


une alternative au PS







Nouveau Parti Politique de Gauche


Inspiré par le premier des

INDIGNES

Stéphane HESSEL

Membre du PS motion 4

et Présidé par

Pierre LARROUTURROU

Ex-leader du PS de la motion4

Comité du Tarn


A lire de toute urgence


CE PARTI PRÉSENTE DES CANDIDATS

POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES

22 au 25 Mai 2014

LES AUTISTES




École de Psychiatrie Française

l’Académie de Médecine

l’État


Sont responsables de la relégation et enfermement des

AUTISTES en FRANCE

QUI VA RÉPARER CE DOL FAIT A CES ENFANTS

ET A LA

CULPABILISATION DES PARENTS


Combien de temps devra-t-on attendre une reconnaissance de leurs torts et des excuses publiques de ces institutions.

Et des réparations aux victimes et des prises en charge à 100% des Autistes en France ?