vendredi 30 août 2013

JUGES ROUGES


Continental: invalidation aux prud'hommes du licenciement de près de 700 ex-salariés 

 Le motif économique n'a pas été retenu, la firme est condamnée pour non-respect de ses obligations de reclassement.



Le conseil des prud’hommes de Compiègne composé de quatre conseillés prud'homale ( 2 du collège ouvrier et 2 du collège patronale) ont invalidés vendredi le licenciement de près de 700 anciens salariés de l’usine Continental de Clairoix (Oise) pour défaut de motif économique, ont annoncé leurs avocats.

Par AFP



Quel est le conseiller Patronal(rouge) qui a permis ce résultat défavorable pour CONTINENTAL ?

mercredi 28 août 2013

La mort Liberale ou la SECU


Voici ce qui nous pend au nez si nous écoutons nos économistes Capitalo-Libéraux Débridés qui en veulent à notre SECU ?




Plus d'un demi-million de personnes (1,2% de la population) est en attente d'être opéré en Espagne.

Mais la détérioration du système de santé public espagnol n'est plus une question de chiffres. C'est que la gravité des pathologies de ces 571 395 cas qui est une souffrance de chaque jour.

À 67 ans, Antonia Arajol, Cornellà de Llobregat (Barcelone), attend depuis Mars attend sa troisième greffe de cornée. «Il y a sept mois que je suis aveugle d'un œil». Bernardo synthés Pons (63), un patient avec Minorque sténose spinale, raconte ses peurs. «J'ai terriblement mal au dos. Si cela s'aggrave, je peux finir dans un fauteuil roulant ". Il vient de se joindre à la liste d'attente (il l'a fait le 23 Août), mais le le médecin lui a dit :« L'heure est grave. mais je n'ai aucune possibilité de vous opérer avant deux ans ».

Espérons qu 'aucun d'entre eux atteindra le statut de Luis Canabal Ramon Leon homme qui est mort en attente d'une opération d'une artère au bout de neuf mois sur la liste .
Le bureau du défenseur des droits a statué en faveur de sa famille, qui est toujours en attente de la réponse de la Region de Castilla y León . " Au moins nous savons qu'ils ont pris des mesures pour que l'affaire ne se répète pas», dit Laura, la sœur de Luis.

Dans cette situation de désespoir et d'angoisse, la ministre Mato, ni personne dans son département, ne peut expliquer ces données. Elle a déclaré hier dans un communiqué lors d'une cérémonie avec la reine, «les collectivités font des efforts considérables» pour réduire le problème des listes d'attente.

En France, nous prolongeons nos départs en retraite du fait de notre espérance de vie qui augmente.


samedi 24 août 2013

Indignités des news


La Rochelle: Manuel Valls lance son opération séduction envers les militants?

Parler sécurité est bénéfique pour Manuel Valls, mais l'est-il pour le PS?

Express


Valls, opération reconquêtes
Le point
 
Seuls 30% des sondés estiment que le parti du président François Hollande est proche des préoccupations des Français.
 nouvelobs

Sans aucun doute puisque 66% des soit disant sympathisants de gauche le plébiscitent dans les sondages.
En conquête !!!
Les préoccupations des français sont incompatibles avec la feuille de route que nos créanciers ont imposés a Hollande.





mercredi 14 août 2013

Lettre ouverte à JL MELANCHON




AU-DELÀ DE 300 000 €EUROS JE PRENDS TOUT.


Ce chiffre déménage dans les trois ans à venir :
60% des propriétaires et locataires français de Paris et de nos grandes agglomérations, qui ne pourront plus payer leurs taxes foncières et habitations.

Interdit notre industrie du luxe et notre hôtellerie et restauration de prestige à toute clientèle française.

Délocalise une partie des sièges sociaux et fait émigrer nos meilleurs vendeurs du territoire.

Tous les PDG et cadres des staff de direction (comme en 81) auront des compléments de rémunération pour leurs activités au sein des filiales étrangères, et avec une carte de crédit internationale ils gagneront comme avant...

Ce chiffre qui limité à 20 fois le Smic est ridicule ! pourquoi ne pas choisir le plafond de la Sécu qui est le Smic Cadre : 670 000 € cela éviterait 50% des inconvénients cités plus haut.

Cette mesure d’austérité pour les riches pourrait être présentée comme transitoire jusqu'au retour de nos équilibres financiers (d'une durée de 3 ans), car nous ne pourrons pas tout seuls lutter contre ce capitalo-libéralisme débridé (souvenez vous de 83), ou de l'adoption par le monde entier d'un nouvel ordre économique et social.

Gilles BERTIN

Les ambiguïtés des électeurs de GAUCHE



sur la délinquance de nos enfants mineurs

Nos concitoyens quand il s'agit de la délinquance de nos plus jeunes ou des infractions de masse, celles qui nous touchent au plus près, du vol au cambriolage en passant par les agressions.

Notre opinion et les perceptions donnent un résultat sans équivoque, traduisant, à tout le moins, une frustration généralisée.

63 % des soit disant sympathisants de gauche estiment que la justice n'est pas assez sévère pour lutter contre la délinquance de nos moins de 18 ans.

Et ce concernant notre petite délinquance ils sont 55%.

On comprend mieux pourquoi le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a décidé de faire remonter ces réalités très électoralistes du terrain.

Quitte à s'opposer publiquement aux projets humanistes de gauche du Président, mais controversés que concocte sa collègue de la Justice aux ordres …

Cette ambiguïté pour la solder nécessite un budget que nous ne voulons pas payer et des lieux de détentions que nous ne voulons surtout pas chez nous !

68% de cette délinquance des mineurs est le fait de nos enfants bien de chez nous, vous voulez les stigmatiser à vie par un passage en cellule de 9m2 qu'on partage a trois ?

jeudi 8 août 2013

Le « niet » du PATRONAT




Le projet sur la pénibilité fait hurler le 

patronat


L'indemnisation ou compensation de la mort à petit feu de leurs salariés serait d'un coût insupportable et sa gestion une usine à gaz !


Dans le cadre de la future réforme des retraites, le gouvernement planche sur l'instauration d'un "compte individuel pénibilité" qui permettrait aux salariés exposés à des métiers pénibles d'acquérir des droits pour partir à la retraite de façon anticipée, ou passer à temps partiel, ou suivre une formation pour changer de métier.

Le coût de ce dispositif pourrait atteindre 2,1 milliards d'euros.

Il serait financé, notamment, par une contribution des entreprises qui le répercuteront sur leur prix de vente ...

Les organisations patronales sont vent debout.

Tout dol subi du fait d'un tiers doit être indemnisé en droit dans un pays dit
DEMOCRATIQUE , Messieurs !

Une infamie sociale en EUROPE





Le FMI propose a l'Espagne de réduire ses salaires de 10% pour pouvoir sortir de sa crise sociale et financière ...

mercredi 7 août 2013

3499 libérables



Un arrêt de la Cour de cassation entraînant la libération d'un franco-arménien a fait surgir un vieux vice de forme qui pourrait changer les règles en matière de prescription.

 


Un récent arrêt de la Cour de cassation pourrait entraîner la libération de «dizaines, peut-être des centaines» de détenus dont les peines seraient considérées comme prescrites. 
 
Le ministère de la Justice a précisé mardi soir qu’après vérification de la situation dans 10 cours d’appel (sur 36), 4 personnes, sur un total de 628 condamnations, avaient été remises en liberté.

Dans un arrêt du 26 juin, la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, donnait raison a un franco-arménien, condamné par contumace en 1989, et qui souhaitait regagner la France, après la prescription de 20 ans en matière criminelle.

Il lui avait été opposé une série d’actes interrompant la prescription (délai à l’issue duquel la peine ne peut plus être exécutée). 
 
Or, la liste de ceux-ci avait été fixée par un décret de 2004 et la Cour de cassation a tranché que cette liste ne pouvait être fixée que par la loi.
La liste avait depuis été établie par une loi en 2012, mais la Cour de cassation a donné raison au demandeur, qui contestait la validité des actes interruptifs opposés à sa demande de prescription.

L’arrêt prévoit ainsi «qu’en l’absence de disposition législative applicable au litige, antérieur à l’entrée en vigueur de la loi n° 2012-409 du 27 mars 2012, les actes préparatoires à l’exécution d’une peine n’étaient pas de nature à interrompre le cours de sa prescription».

La direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice a en conséquence dû demander aux différentes juridictions de vérifier la situation «des personnes condamnées et écrouées au-delà du délai de prescription de la peine» (20 ans pour les crimes, 5 ans pour les délits).

Elle a envoyé une note à tous les parquets, selon l’hebdomadaire, leur demandant de vérifier si dans ces cas les actes interruptifs pris en compte étaient valables ou pas et indiquant que dans ce dernier cas «il conviendra de faire procéder immédiatement à la levée d’écrou» . La juridiction de la cour d’appel d’Aix a 245 cas «dont la situation doit être immédiatement vérifiée».

Dans un communiqué, le ministère de la Justice a confirmé avoir demandé «la vérification des condamnations susceptibles d’entrer dans le champ de cette jurisprudence restrictive sur la base d’une estimation (...) qui s’élèverait à 3499 pour l’ensemble des ressorts» des cours d’appel. 
 
Les condamnations concernées sont celles prononcées avant la loi du 27 mars 2012.

«En l’état des vérifications qui sont terminées pour 10 cours d’appel (sur 36 en France, ndlr), pour un total de 628 condamnations, 4 personnes, dont les peines délictuelles (de 4 à 10 mois pour des faits de violences conjugales, vol aggravé et dégradation, abus de confiance, falsification de chèques et usage notamment) avaient été ramenées à exécution, ont donc été élargies (remises en liberté, ndlr)», a précisé le ministère.

La Chancellerie affirme que «de nouvelles instructions ont été données pour que les vérifications se terminent sans délai».


Par AFP et Libération


lundi 5 août 2013

Une fable de la droite forte de moins


La fable de l’assistanat qui vise l’État-providence



Il y a quelques mois, circulait sur Internet un tableau qui affirmait que pour une famille de 5 personnes, il valait mieux vivre du RSA que travailler au SMIC. Mais un papier fouillé de Rue 89, qui reprend le travail d’ATD Quart-Monde et les travaux de Martin Hirsch démontre que cela est totalement faux.



http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-fable-de-l-assistanat-qui-vise-139271

dimanche 4 août 2013

Ils sont pire que les SALAFISTES


Déployons le tapis rouge pour accueillir tous les jeunes frustrés américains



L’obsession des Américains pour les seins, surtout le bout des seins.



Ma frustration accumulée depuis treize ans déborde : je n’en peux décidément plus de ces contradictions américaines autour des nichons :
  • d’un côté, les jeunes filles se baladent comme en France à moitié à poil dans des
    «  micro-tops » qui soulignent leurs seins.
  • Et toutes ces femmes de tous âges qui ne rêvent que d’augmenter leur tour de poitrine, pour plaire aux hommes .
  • de l’autre, la vue d’un sein entièrement découvert révulse la conscience nationale.
  • Dans les scènes de sexe au cinéma, les femmes font l’amour en soutien-gorge et sortent du lit de leur amant en culotte en se couvrant du drap.
    En France, on trouve des filles torse nu dans les magazines de mode ou dans les pubs, les plages publiques naturistes, le top less est légal.
    Et ou les femmes se cachent pour allaiter de peur d’être inculpées d’attentat à la pudeur ( en France on organise des GRANDES TÉTÉS dans des jardins publiques pour promouvoir l'allaitement maternel).

Les soutien-gorge américains sont nuls



Dans quel autre pays occidental l’affaire du sein de Janet Jackson, découvert pendant une demi-seconde lors d’un show musical, aurait-il généré un tel scandale ?
Où, ailleurs qu’en Amérique, la robe rose de l’actrice Anne Hathaway aux Oscars, au buste un peu pointu suggérant soi-disant des tétons, aurait-elle déclenché un tel tsunami de commentaires outrés ?



Acheter un soutien-gorge Européen aux Etats-Unis, c’est presque impossible.



Ils sont tous rembourrés, une coque légère en dentelle ou en lycra est introuvable.
Les soutifs ici sont presque tous noirs, blancs ou beiges, ils sont aussi doublés d’une mousse épaisse qui fait des seins tout ronds standardisés.

Une culture locale qui exhibe son décolleté, qui exige qu'on dissimule le bout de ses seins.

C’est une question de respect de la culture du pays.
C'est une pruderie ridicule, en effet.
Les extrémistes musulmans au Maroc ou en Turquie ont du mettre un bémol sur le respect des coutumes locales, pour ne pas se priver de la manne que leur rapporte le Tourisme Europeen .

Ce pays qui a inventé le porno est pudique



Mais franchement, aux Etats-Unis, pays qui a inventé le cinéma porno et les concours de beauté en maillot de bain pour les petites filles, cette phobie des tétons n’est-elle pas ridicule ? :
Trève de plaisanterie, il ne faut surtout pas rigoler avec leur pudibonderie.
Parce qu'au USA on encourt des condamnations pénales quand on enfreint leurs lois sur les mœurs.
C’est terrifiant, et je ne conseille à aucun Français en vacances ici de faire joujou avec ça. »
Pour un bain de minuit vous pouvez être arrêtés pour attentat à la pudeur.
Pour avoir uriné sur le bas-côté d’une route un jeune de 22 ans,
il est désormais étiqueté à vie « sex offender », délinquant sexuel.



« sex offender »


Partout où il vivra au USA, jusqu’à sa mort, il portera cette étiquette infamante.



 Etre étiquetés délinquants sexuels aux Etats-Unis ?
C'est devenir un paria jusqu’à la fin de ses jours, on est interdit d’études, de travail, de vacances .
Oui, parfaitement, pour un bain de minuit à poil sur une plage, un lac une rivière . Ça peut arriver aux garçons comme aux filles.
C'est disproportionné, ridicule, dégueulasse, c'est très Yankee.
Mais c’est bel et bien le contexte culturel américain , et ils n'ont rien à faire de nos états âme, fuyons ce pays ?
D'aprés un texte de Crié-Wiesner







samedi 3 août 2013

QUE FAIRE DES « ZONZONS » DE NOTRE EN NOUS A PONDU DEPUIS 20 ANS





Si je reçois le mandat du pays d'être le prochain président, je ne veux être jugé que sur un seul objectif : (...) est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu'en 2012 ?
"C'est pour la jeunesse de notre pays que je veux présider la France."
Je ne demande qu'à être évalué sur ce seul engagement, sur cette seule vérité, sur cette seule promesse ! (...)
Ce n'est pas un engagement à la légère que je prends.
C'est pour mobiliser toute la nation par rapport à cet enjeu."



La fracture générationnelle est toujours là.



Aujourd'hui, un jeune de moins de 25 ans sur quatre est au chômage.
C'est un risque pour notre cohésion nationale, faites confiance aux jeunes, parce que nous devons tout faire pour permettre à la confiance de revenir dans notre pays.
 

La jeunesse reste sacrifiée, abandonnée, reléguée depuis 20 ans.

Certes, on n'est pas en présence d'un exode massif des jeunes cerveaux qui veulent goûter aux charmes de la mondialisation.
Si la mobilité, y compris internationale, peut être souhaitable, la hausse des velléités de travailler hors de France sonne comme une alerte pour le président de la République.
Et la crise n'est pas l'unique raison de l'augmentation de l'envie de travailler à l'étranger.
Le principal mal français réside dans l'échec scolaire (les zonzons) qu'on a jamais voulu éradiqué à ce jour, qui grossit les rangs de ceux qui arrivent sur le marché du travail depuis 20 ans, sans diplôme et discriminés par des employeurs qui en ont aucune utilité. 
 
En dépit des promesses rien ne peut changer cette jeunesse en un an .
Il reste quatre ans à M. Hollande pour réaliser son ambition et rattraper 20 ans de fabrication OS pour l’industrie qui n'en a plus besoin.
Certes il n'est pas resté inerte, malgré les contraintes budgétaires, il a confirmé sa priorité à l'éducation nationale, avec 60 000 postes supplémentaires prévus en quatre ans, mais ce choix quantitatif peut-il, à lui seul, venir à bout de notre l'échec scolaire chronique ?
Le président a lancé des "emplois d'avenir" pour les jeunes en mal d'insertion, et inventé le "contrat de génération", mais les emplois aidés sont une panacée, pas forcément une solution.
Un plan européen pour l'emploi des jeunes a été esquissé et l'apprentissage va être développé.
Il faut aussi que les jeunes retrouvent cette confiance en leur avenir qui leur fait tant défaut.
Cela ne se fera pas sans réformes tant du système éducatif que du marché du travail.

Président, votre promesse, elle est entre les mains de nos élus !

vendredi 2 août 2013

« LE MONDE » Enfin optimiste sur notre ÉCOLE FRANÇAISE


Les 5 statistiques positives de l’école française




Le système éducatif français est souvent stigmatisé sur ses faiblesses
Cependant, j’aimerais regarder les choses sous un angle résolument plus optimiste et attirer votre attention sur 5 statistiques où la France s’en sort particulièrement bien dans les comparaisons internationales par rapport à ses voisins de l’OCDE.



1ère statistique positive : la France a une école maternelle ouverte au plus grand nombre et financée principalement par des fonds publics.
La France fait partie des quelques pays de l’OCDE où la quasi majorité des enfants est déjà scolarisée à l’âge de 3 ans.
C’est en Belgique, en Espagne, en France, en Islande, en Italie, en Norvège et en Suède que les taux de pré scolarisation sont les plus élevés à l’âge de 3 ans : plus de 90 % des enfants de cet âge y sont pré-scolarisés.
De plus, le financement est essentiellement public en France, ce qui est un gage solide d’équité sociale.
Les fonds privés représentent en moyenne 18 % du financement des écoles maternelles dans l’OCDE contre seulement 6% en France.
A titre indicatif, les fonds privés représentent plus de 25 % en Allemagne, en Argentine et en Autriche, et même plus de  48 % du financement total en Australie, en Corée et au Japon.
Avoir une école maternelle bien structurée et qui accueille les enfants le plus tôt possible est un atout.
Surtout lorsque l’on sait que les élèves âgés de 15 ans qui ont été préscolarisés ont obtenu de meilleurs scores aux épreuves  PISA que ceux qui ne l’ont pas été, même après contrôle de leur milieu socio-économique,



2ème statistique positive : les enseignants du primaire et secondaire sont en moyenne plus jeunes en France que dans de nombreux pays européens et de l’OCDE.
Contrairement à l’idée reçue, les enseignants français sont plus jeunes que dans la plupart des pays de l’OCDE (et notamment européens). En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 42 % des enseignants du primaire ont moins de 40 ans (contre 49 % en France).
Dans l’enseignement secondaire, en France et dans seulement 13 autres des 32 pays de l’OCDE ou des autres pays du G20, 39 % au moins des enseignants en poste dans l’enseignement secondaire ont moins de 40 ans .
A l’autre extrémité, le pourcentage d’enseignants de moins de 40 ans est inférieur à 30 % en Allemagne, en Autriche, en Estonie, en Italie et en République tchèque.
Dans ces pays, un grand nombre d’enseignants partiront à la retraite dans les dix années à venir, et les gouvernements risquent de faire face à une véritable pénurie d’enseignants.
En France, même si la désaffection vers ce métier est à prendre très au sérieux, la pyramide des âges n’est pas aussi négative que l’on pouvait l’imaginer.



3ème statistique positive : À 15 ans, en compréhension de l’écrit, un tiers des élèves obtiennent de bonnes performances, ce qui est supérieur à la moyenne de l’OCDE
Le système d’éducation français obtient, dans l’enquête  PISA, des performances équivalentes à la moyenne des pays de l’OCDE mais avec de fortes dispersions.
Alors certes, l’échec scolaire s’est aggravé mais le système reste tout de même soutenu par des bons éléments qui représentent 32 % des élèves âgés de 15 ans (contre 28 %, en moyenne, dans les pays de l’OCDE).
Même constat si on regarde les élèves les plus brillants.
Là encore, la France est au dessus de la moyenne avec 10% d’élèves ayant de scores supérieurs à 678 points dans PISA en compréhension de l’écrit contre 8% en moyenne OCDE.
A titre indicatif, la moyenne OCDE dans PISA est de 493 points en compréhension de l'écrit et 39 points d’écart sont équivalents à une année d’étude.
Il est clair que la France ne peut se satisfaire d’autant d’échec et d’inégalités, mais il faut aussi tenir compte de cet élément plus positif dans les analyses.
Et savoir que les pays qui réussissent le mieux arrivent à concilier la même excellence qu’en France avec cette fois un échec scolaire limité.



4ème statistique positive : les élèves français prennent du plaisir dans l’apprentissage des matières
Même si prendre du plaisir à l’école n’est pas systématiquement un gage de réussite, le plaisir d’apprendre peut permettre aux élèves de s’épanouir et de compenser certaines lacunes de départ.
Les différentes études PISA ont montré que les élèves français prennent en général plus de plaisir que la moyenne des pays de l’OCDE dans l’apprentissage des matières.
Ainsi, dans PISA 2003, 67% des élèves déclaraient s’intéresser aux choses qu’ils apprennent en mathématiques (contre 53% en moyenne dans les pays de l’OCDE), alors que dans PISA 2006, 75 % des élèves de 15 ans en France déclaraient prendre du plaisir à acquérir de nouvelles connaissances en science (contre 67 % en moyenne dans les pays de l’OCDE)
Alors certes, le plaisir d’apprendre et l’intérêt pour les matières enseignées sont souvent associés en France à une anxiété d’être évaluée (et de redoubler) qui fait perdre une partie du bénéfice engendré. Mais là encore, ce résultat est tout de même plutôt encourageant.



5ème statistique positive : La France investit dans son système éducatif, même en période de crise économique
En 2010, les pays de l’OCDE ont consacré, en moyenne, 3.9 % de leur PIB au financement de leurs établissements d’enseignement primaire et secondaire contre 4.0% pour la France.
Ce pourcentage est supérieur à 4.5 % uniquement en Argentine, au Brésil, au Danemark, en Islande, en Norvège, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.
De plus, cet investissement ne s’est pas réduit pendant la crise économique montrant au passage que l’éducation demeurait une priorité. Ainsi, entre 2009 et 2010, les dépenses publiques au titre des établissements d’enseignement ont diminué à cause des mesures de restriction budgétaire dans un tiers des pays de l’OCDE et de plus de 2% en Autriche, en Espagne, aux États-Unis, en Irlande, en Norvège, en Nouvelle-Zélande et au Portugal.
La France ne fait pas partie de ces pays et les dépenses publiques au titre des établissements d’enseignement ont augmenté de 2 %, en moyenne, entre 2008 et 2009 et de 1% entre 2009 et 2010 (voir tableau B2.5 de regards sur l’éducation 2013).


Des enseignants relativement jeunes, une école maternelle bien structurée, un plaisir d’apprendre, une proportion importante de bons élèves et une réelle volonté de considérer l’éducation comme une priorité pour la société.
Voici 5 éléments positifs à mettre au crédit du système français, même si il convient de garder en tête les points à améliorer.



http://educationdechiffree.blog.lemonde.fr/a-propos/

PS:ESPAGNE et Le PORTUGAL on divisés par 2 le nombre de leurs enseignants depuis plus d'un an.

jeudi 1 août 2013

La bonne santé de notre relance économique en dépend ?




QUID des experts comptables qui se sont imposés comme incontournables et omniprésents sans obligations légales.


Une simplification qui se veut avant tout une économique, mais qui ne va pas arranger la bonne gestion de nos entreprises qui manquent cruellement de gestionnaires compétents et réactifs.

Dans le cadre des mesures de simplification annoncée Le Premier Ministre. Jean-Marc Ayrault a présenté mercredi 17 juillet un train de mesures pour faciliter la vie des entreprises dont la fin de l'obligation de certifier leurs comptes pour 30 000 PME ayant le statut de sociétés par actions simplifiées (SAS), réalisant moins de 3,1 millions d'euros de chiffre d'affaires et employant entre 20 et 50 salariés.

L'obligation de certifier les comptes de toutes les entreprises et sociétés devrait plutôt être étendue.

Cela nous éviterait bien les déboires économiques et sociaux, que nous constatons tous les jours depuis 5 ans.


Il y a des clients pour de la prostitution infantile


240.000 d'enfants sont potentiellement exposés au risque d'exploitation sexuelle aux USA.


L'opération Cross Country est la septième du genre organisée par la police fédérale depuis 2003, quelque 2700 enfants ont été sauvés.


Le FBI a encore arrêté 159 proxénètes et sauvé plus d'une centaine d'adolescentes victimes d'exploitation sexuelles, le week-end dernier, lors d'une opération d'une ampleur inédite.
La plus jeune victime aurait neuf ans.
Plus d'une centaine d'enfants, essentiellement des adolescentes, ont été ainsi sauvés de l'exploitation sexuelle.
Ce coup de filet, d'une ampleur inédite, aura duré trois jours et concernée 76 villes américaines.
«La prostitution infantile demeure une menace persistante à travers l'Amérique», estime Ronald Hosko, directeur du FBI chargé des enquêtes pénales.
«Nous essayons de sortir ces crimes de l'ombre et de les mettre en pleine lumière.»
Les victimes, âgées de 13 à 17 ans, sont décrites par les autorités comme des jeunes filles vulnérables.
L'une des adolescentes a commencé la prostitution dès l'âge de 11 ans, elle avait été «offerte» par son père.
Elles sont en manque d'affection et viennent souvent de foyers brisés.
Selon le FBI, 60 % d'entre elles se sont échappées d'un foyer ou d'une maison d'accueil.
Démunies, elles tombent entre les mains des proxénètes.
Selon le ministère de la Justice, un tiers des enfants vivant dans la rue sera attiré vers la prostitution dans les 48 heures qui suivent son départ de chez lui.
Ils cherchent à attirer des filles avec des compliments ou en leur demandant si elles veulent se faire de l'argent.
Elles sont ensuite prises dans un cercle vicieux qui inclut drogues, violences, voire même la torture.
Les adolescentes étaient exploitées dans des casinos, des motels ou sur des aires de repos pour routiers.
Certaines se prostituaient sur un site d'annonces classées, Backpage.
Ce dernier comporte une section controversée pour adultes, où la prostitution est monnaie courante.
Quid de EU ?
Roland Gauron