jeudi 30 août 2012

Le Pari Socialiste Idéal

Un parti ouvert, où la frontière entre militants et sympathisants est facile à franchir. 

Un parti où sauter le pas de l'adhésion est aisé.

Un parti où les idées et les capacités personnelles de ses membres sont recherchées, reconnues, valorisées et cultivées. 

Un parti qui consulte largement syndicats, associations, mouvements associatifs.

Un parti où il fait bon militer, travailler et s'engager.

Un parti exemplaire, qui pratique sans états d'âme le non cumul des mandats.

Un parti qui traduise dans son organisation quotidienne l'égalité des sexes.

Un parti d'où le clientélisme et la fraude sont rigoureusement bannis.

Un parti encore plus à l'image de ses valeurs : humilité, simplicité, collégialité, responsabilité, humanité.

Un parti innovant du point de vue démocratique, dont les candidats sont désignés au terme d’un processus ouvert et transparent. 

Un parti qui met au centre ses adhérents.

Un parti plus décentralisé qui rapproche de ses membres le pouvoir de décider. 

En un mot, un parti qui, par sa manière de débattre et de travailler, donne envie d'être socialiste.

lundi 27 août 2012

Ce racisme qui nous mine



Dans un lycée agricole du sud de la France la candidature de M. Le Pen à la présidentielle exacerbe le racisme au sein de l'établissement http://www.rue89.com/2012/02/2... L'article est là pour nous alerter, nous réveiller, nous faire réagir.

Ce qui se passe dans ce lycée est vraiment très grave. Même si nous savons que toute le jeunesse de notre pays n'est pas raciste, que cela se passe dans le sud de la France où l'implantation et l'influence Pieds Noires et du Front National est forte, nous savons que le racisme se propage partout ici et en Europe.

Nous ne devons pas nous exempter de tous reproches a Gauche nous avons laisser un militant et puis deux tenir des propos franchement racistes sans réagir, combien sommes nous « a nous dire de GAUCHE », et a leurs ressembler ?

Le racisme est un cancer dont les métastases se répandent dans ce corps malade qu'est notre société, il l'infecte et la détruit en sourdine, et nous en prenons conscience quand le mal est déjà fait, quand nous le voyons. Il s'insinue comme un ver dans le fruit et nous connaissons parfaitement bien :

Ce sont quarante ans de discours racistes et xénophobes d'un parti totalement banalisé avec notre accord , c'est Sarkosy qui, depuis 2002 comme ministre de l'intérieur et depuis cinq ans comme Président de la République, reprend les idées de l'extrême droite, c'est le fameux débat sur l'identité nationale, c'est la chasse aux "étrangers", aux black, aux Roms, aux jitous, aux melons accusés d'être voleurs et fraudeurs, c'est un ministre qui se lâche et est condamné pour incitations à la haine raciale, un autre affirmant qu'il y a des civilisations plus dignes et plus grandes que d'autres, c'est tout ce qui contribue à libérer, à banaliser, à multiplier et à justifier des paroles, des attitudes, des actes à caractères racistes.

c'est aussi, pour certains politiciens, garder le pouvoir ou le conquérir en classant l'ÊTRE HUMAIN selon des critères de sexe, de nationalité, de races multiples, voire de religion, et de les désigner responsables de tous les maux de la société, ces politiciens espérant ainsi faire oublier leur bilan, leurs échecs et leur incapacité à résoudre les vrais problèmes qui frappent notre pays et nos concitoyens.

Utiliser le racisme est aussi une volonté politique d'ébranler les piliers de notre République, de notre Démocratie et de notre Education Nationale : C'est à l'école de la République que les enfants, dès la maternelle, apprennent à vivre ensemble, que la couleur de peau, l'origine ethnique, sociale sont bannies; c'est aussi à l'école de la République que se développe les valeurs de Justice, d'Egalité, de Fraternité. Parce que il ne suffit pas de crier notre indignation, notre condamnation, notre inquiétude pour l'avenir de nos enfants et petits enfants, il est temps de faire reculer le racisme, il est temps de refuser cette société du rejet de l'autre et des inégalité, il est encore plus temps de renvoyer ces politiciens artisans des peurs et des haines.

Il est temps de changer la politique de notre pays, de décider comme grande cause nationale prioritaire de la Nation l'avenir de la jeunesse, son éducation et sa formation, cette jeunesse belle, ô combien, et métissée à l'envie qui n'est pas un problème mais l'avenir de la France et depuis longtemps!

Et nous devrons apprendre sans cesse à ceux qui l'ignorent et rappeler à ceux qui l'oublient que c'est par l'exaltation du racisme, de la xénophobie et du nationalisme que le nazisme est arrivé au pouvoir en Allemagne en 1933 et les Balkans en 1992 avec les conséquences que nous ne pouvons plus ignorer . Serons nous les suivants dans cette triste liste macabre !!!!

Les 4 piliers du Grand Projet Socialiste


Argumentaire  militant :

Le temps du débat et du rassemblement. La victoire de la gauche aux récentes élections permet au Parti.


Socialiste de concentrer entre ses mains tous les pouvoirs pour mettre en œuvre une nouvelle politique pour un autre modèle de développement. 


Les 60 engagements de François Hollande doivent être accompagnés de mesures fortes capables de faire face à la crise mais aussi de préparer l’avenir en France et en Europe.

1. S’attaquer aux causes fondamentales de la crise, en particulier le chômage de masse.


— La croissance n’est pas une solution au chômage de masse « Le chômage va augmenter de 417.000 d’ici fin 2013 si la croissance se maintient »


 UNEDIC, mai 2012.


«La santé mentale, le nouveau défi prioritaire pour le marché du travail».


Rapport de l’OCDE, 2011,Selon les études sur le sujet, 90 % des emplois détruits sont dus au gain de productivité et seulement 10 % aux délocalisations. Même si nous arrivons à conserver un maximum d’emplois à l’intérieur de nos frontières, cela ne résoudra pas le problème du chômage de masse. 


Le volume de travail disponible n’est pas infini, il diminue chaque année. Déjà, durant les trente Glorieuses, période où la croissance Française fut la plus forte (+ 5,4 % par an), le nombre d’heures travaillées a décru de 3,5 %, soit de plus de 1,4 milliards d’heures, ce qui correspond à la destruction de plus de 800 000 emplois salariés actuels à temps plein ! Contrairement aux idées reçues, ce fut la
ème,ème réduction du temps de travail (salarisation, résorption des heures supplémentaires, 3 et 4 semaines de congés payés...) qui permit de conserver le plein emploi durant cette période de croissance alors que la population continuait d’augmenter. Nous produisons de plus en plus avec de moins en moins de travail humain.

A - Répartir le travail socialement disponible sur la population : la semaine de 4 jours peut créer entre 1,6 et 2 millions d’emplois, c’est aussi la réponse à la souffrance au travail, à l’accélération des cadences et des rythmes de vie. Cela peut-être mis en place sans que cela ne coûte ni à l’Etat, ni aux entreprises en recentrant les fonds mobilisés pour le traitement social du chômage sur le maintien des travailleurs au sein des entreprises.


B - Répartir les richesses du travail : limitation de l’éventail des salaires de 1 à 20 ( du plafond de la sécu), taxation des dividendes, chasse à l’évasion et aux niches fiscales, reforme fiscale de grande ampleur.


Engager - avant qu’il ne soit trop tard - la mutation écologique de notre appareil de production

— L’urgence est écologique : énergie, agriculture, crise environnementale et sanitaire « Le pic de production pétrolière a été atteint en 2006 » Agence Internationale de l'Énergie (AIE) « Les énergies vertes pourraient créer 125.000 emplois en France » Syndicat des Énergies Renouvelables 2012.


A - Investir massivement dans les énergies renouvelables. Décentralisation énergétique. Pôles écologiques de production. Reconfiguration du parc immobilier et création de 500 000 logements qui fonctionneront comme autant de mini centrales électriques pour alimenter le réseau en électricité.


« En Europe, nous avons détruit 90 % de notre biodiversité dans les champs et nous observons une chute régulière et absolument constante de l’activité biologique des sols exploités. Jusqu’à quand pourrons-nous encore pouvoir cultiver ? »


Claude Bourguignon, 2010

« La nouvelle génération d’enfants est la première de l’histoire moderne à être en moins bonne santé que celle de leurs parents. Ce n’est pas acceptable ! »

 
Unesco, 2012.


B - Convertir la France à l’agroécologie. Notre modèle agricole n’est pas soutenable. 



Malbouffe au nord, famine au sud, réchauffement climatique, perte de la biodiversité, crise sanitaire. Réattribution des subventions de la PAC sur des productions écologiquement responsables, quotas sur les produits excédentaires, systématiser l’achat de produits agroécologiques via les marchés publics (écoles, hôpitaux, entreprises...)

Financer les investissements indispensables à un nouveau modèle de développement.

— Les investissements d’avenir, leurs financements  création monétaire / emprunt direct à la BCE, remise en cause des dettes (audit), Impôt européen sur les sociétés, Europe sociale (harmonisation des protections sociales)...


« Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger les conquêtes sociales alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la libération, période où l’Europe était ruinée ? »

 
Stéphane Hessel 2010.


Retrouver dans la démocratie un moteur du développement

— La semaine de 4 jours (du temps pour l’engagement citoyen), le non-cumul des mandats, la réforme institutionnelle et territoriale, la démocratisation des institutions Européenne (système parlementaire).


Grand Projet Socialiste (GPS) est un rassemblement d'élus et de militants qui vise la refondation intellectuelle et politique du projet socialiste de transformation sociale et écologique.


www.grandprojetsocialiste.fr

www.facebook.com/grandprojetsocialiste

lundi 20 août 2012

notre système scolaire ne fonctionne pas correctement»

-->

Anne-Marie Gaignard dénonce et prouve que notre système scolaire ne fonctionne pas correctement»

«J'ai été égarée toute petite dans la forêt des mots.» «Des sbires (…) venaient embrouiller mon esprit quand je cherchais l'orthographe correcte d'un nom commun ou le bon accord d'un participe passé. Et ils riaient de moi quand j'échouais.» Combien d'incompréhension et que de détresse d'enfant face à l'orthographe et à la grammaire.
Loin des écrits crispés déplorant l'inquiétant niveau des écoliers, elle y raconte simplement son histoire et pose un regard critique sur notre système éducatif. Un système conçu selon elle pour les bons élèves, où enseignants, parents et professionnels de santé, orthophonistes en tête, se renvoient la balle, et où le recours aux MDPH (maisons départementales des personnes handicapées) est de plus en plus courant.
Diagnostiquée dyslexique à 9 ans, Anne-Marie Gaignard a traîné sa mauvaise orthographe jusqu'à l'âge adulte, pour découvrir finalement qu'elle était «dys­orthographique». Une nuance sans importance?

«Une étiquette médicale sur un problème pédagogique»

La dyslexie, difficulté d'apprentissage de la lecture, qui, selon de récentes recherches publiées dans la revue Neuron , serait due à un dysfonctionnement du cortex auditif gauche, est reconnue comme un trouble du développement des acquisitions scolaires par l'OMS depuis 1991. Elle toucherait de 8 à 12 % de la population, dont 5 à 15 % des enfants - deux garçons sont concernés, pour une fille. Elle est, de fait, une cause de la dys­orthographie, sans pour autant être la seule. La dysorthographie peut aussi être causée par une défaillance pédagogique. Et pour Anne-Marie Gaignard, cette défaillance tient à la méthode de lecture «globale», qui s'est installée dans les établissements dans les années 1970, par opposition à la méthode syllabique. Pour Anne-Marie Gaignard, l'erreur de diagnostic illustre l'incapacité du système à répondre aux difficultés des enfants. «La dyslexie est devenue une étiquette que l'on colle systématiquement sur l'élève récalcitrant. On colle une étiquette médicale sur un problème pédagogique.»
À 50 ans, Anne-Marie Gaignard a pris sa revanche. Auteur de deux séries de ­livres de grammaire destinés aux enfants, elle dirige près d'Angers un centre de formation continue pour adultes et reçoit des enfants en difficulté au sein de son association, Plus jamais zéro. Un métier qu'elle est heureuse d'exercer, mais qui «ne devrait pourtant pas exister». «Je suis la preuve que l'école ne fonctionne pas correctement», résume-t-elle.
Sa colère contre le système scolaire est restée intacte. Dans son ouvrage, elle pointe du doigt la formation des enseignants, faite d'«idées ronflantes» mais ne fournissant «aucun outil réel». «Où est passée la pédagogie, celle qui fonctionne, qui fait de vrais petits miracles?» interroge-t-elle.
«Les mots, c'est la vie, ils donnent accès à tout», explique l'auteur, qui conclut à «l'échec de l'école de la République». Un petit message à Vincent Peillon, ministre de l'Éducation, qui entend précisément «refonder» cette ­école…
  -->
«La Revanche des nuls en orthographe», d'Anne-Marie Gaignard, avec Gaëlle Rolin, Calmann-Lévy, en librairie le 22 août.

mercredi 15 août 2012

Congrés PS


Congrés du PS

TOULOUSE

26/27/28 Octobre 2012


CONTRIBUTIONS GENERALES



Analyses et Commentaires des Indignés

Le bilan du dispositif auto-entrepreneur




Mis en place en 2009, le statut d’auto-entrepreneur a déjà convaincu plus d’un million de Français. L'Acoss fait le point sur ce dispositif à fin décembre 2011.
Ils sont 68% d'auto-entrepreneurs actifs, mais il y en a 375 414 qui affichent un résultat POSITIFS.
Dans un rapport récent, l’Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale) établit le bilan du statut auto-entrepreneur à fin décembre 2011.
Sur plus d’1,1 million d’auto-entrepreneurs recensés depuis la mise en place du dispositif en 2009, l’Acoss dénombre 750828 auto-entrepreneurs administrativement actifs fin décembre 2011, c’est-à-dire ayant déclaré un chiffre d’affaires à cette date, soit 68%.
Cependant, parmi ces auto-entrepreneurs «administrativement actifs», moins de la moitié sont «économiquement actifs», c’est-à-dire ayant déclaré un chiffre d’affaires positif.


Plus d’un tiers des auto-entrepreneurs exercent leur activité dans le secteur du commerce ou du bâtiment. Ils sont particulièrement présents dans les secteurs de l’éducation, les activités scientifiques et techniques, les activités créatives, artistiques et du spectacle, le soutien aux entreprises, l’informatique, le conseil et les Service a la personne.
d'après les Echos

dimanche 12 août 2012

La Catalogne doit régler ses comptes



La Catalogne en crise, région la plus riche d'Espagne, n'est pas épargnée par la crise Espagnole ,elle ne doit sa prospérité qu'a sa zone chalandise Castillane qui a été pendant 60 ans sont seul MARCHE.
Sa dette est la plus élevée du pays et elle affronte une crise budgétaire sans précédent. Une situation dont la Generalitat (le gouvernement autonome catalan nationaliste). Ne peut s'en sortir qu'en sollicitant l'aide de Madrid, DIRIGER par le PP nationaliste... Et manger son chapeau, LA NATIO CATALA n'est pas pour demain ?