mardi 31 juillet 2012

QUESTION PERTINENTE

Si tous les pays de la zone €uros avaient fait les mêmes reformes structurelles et appliquer l'organisation industrielle Allemande, qu'elle serait l''état de son économie ?

dimanche 29 juillet 2012

La Crise Espagnole



Espagne est confrontée à un grave problème bancaire et non de finance publique.

C'est bien le système Capitalo-Liberal Débridé qui est le principal responsable des dégâts.

La banque centrale Espagnole a restructuré le secteur bancaire espagnol dans une opacité extrême en cachant aux marchés les chiffres des créances douteuses et les besoins en recapitalisation de ses banques.

Les Indignés

samedi 21 juillet 2012

La fraude a la SECU c'est 10 %


La fraude détectée par les Caisses de Sécurité Sociale a atteint 479,5 millions d'euros en 2011, selon le bilan 2011 de la lutte contre la fraude mis en ligne sur le site du ministère de l'Economie.

La seule Assurance Maladie a détecté pour le régime général 120 millions d'euros de fraude en 2011.

Grâce à la détection de ces fraudes, l'Assurance Maladie a réalisé 150 millions d'euros d'économies en 2011. La fraude aux indemnités journalières (IJ) s'élève à 6,4 millions d'euros, les médecins sont à l'origine de 7 millions d'euros de «préjudice financier» (5,5 millions en 2010).

Pour le régime social des indépendants(RSI), la fraude s'est élevée en 2011 à 12,21 millions d'euros.

Concernant la branche famille, le montant du préjudice financier dû aux fraudes détectées par les CAF s'établit à 101,5 millions d'euros.
Enfin pour la branche vieillesse (retraites), les fraudes détectées représentent un préjudice de 14 millions d'euros en 2011.

Ce bilan dresse aussi un constat sur le travail illégal: 136.000 contrôles ont eu lieu sur 2010-2011 dans les secteurs prioritaires. «Suite à la mise en place d'une plus grande coopération interservices, le montant des redressements notifiés par les Urssaf et les MSA (Mutuelle sociale agricole) dans les secteurs prioritaires en 2011 s'élève à 115 millions d'euros.

La Sécurité Sociale rembourse tout les jours plus 1.4 milliards d'€uros.

Le budget de la Sécurité Sociale rémunère 1.8 millions de salaries et de professionnels en libérable.

dimanche 15 juillet 2012

MADONA

«Se battre pour sa propre liberté est une perte de temps, il faut défendre celle des autres»,

14 juillet 2012

lundi 9 juillet 2012

Prenez 5 minutes pour agir !


Ne vous dites pas que d’autres vont le faire à votre place. Faites-le vous-même s’il vous plaît. 
 Pour de vrai !


Prenez 5 minutes pour agir !



 
   Indignés,
Les prochaines semaines vont être fondamentales : alors que l’UNEDIC annonce 420.000 chômeurs supplémentaires d’ici fin 2013, nul ne sait encore quel sera le contenu réel du sommet social de juillet et des négociations qui suivront. Nul ne sait non plus ce que la France va mettre sur la table pour sortir de la crise de la Zone euro.

Sur ces 2 questions, sommet social et avenir de l'Europe, notre collectif commence à être entendu grâce à votre mobilisation. Ces derniers jours les grands médias s'intéressent de plus en plus à notre démarche et à nos solutions : de l’Expansion à l’Humanité, de I télé à Arte, France 5 ou France Inter.

Par ailleurs nous avons des contacts intéressants à l’Élysée comme à Matignon, et avec des responsables syndicaux.

Il y a des portes qui s’ouvrent mais nous devons aussi faire face à de grosses zones d’inertie et à des oppositions.
Des décisions fondamentales seront prises dans les jours qui suivent le 2ème tour des législatives. Il est important qu’on puisse annoncer à ce moment là que Roosevelt 2012 a passé le cap symbolique des 100.000 signataires.

Nous sommes déjà 60.000 et des groupes de citoyens s'organisent dans toutes les régions mais c'est maintenant qu'il faut accélérer. Alors, s’il vous plaît, prenez 5 minutes ce week-end pour envoyer un email ou appeler toutes celles et ceux qui pourront être intéressés parmi vos amis, votre famille ou vos collègues de travail.
Ne vous dites pas que d’autres vont le faire à votre place. Faites-le vous-même s’il vous plaît. Pour de vrai !

Convaincre 2 ou 3 personnes dans les prochains jours ? Chacun(e) de nous en est capable. Alors au travail !

Bien amicalement,
Pour le collectif,

Stéphane Hessel, Bruno Gaccio et Pierre Larrouturou














jeudi 5 juillet 2012

la pensée debout !





Je trouve vraiment très drôle, de la part de ceux qui font de moi un «malade» ( à quoi bon, sinon, le «symptôme»...), un démagogue, un être vulgaire, bas, un imposteur, un personnage inconsistant, une personne avide de revanche, un individu ayant seulement la réputation d’être un philosophe, un amateur de niaiserie philosophique, un signe de l’effondrement de la pensée, un compagnon de route de l’antisémitisme, sinon, un antisémite, de passer pour un homme du ressentiment ! C’est l’hôpital institutionnel qui se moque de la Charité... Je ne descendrai pas, pour ma part, aussi bas que ceux qui parlent au nom de «la communauté philosophique» - une tribu dont je me moque autant que de ma première tétine... L’attaque ad hominem n’honore pas ceux qui la pratiquent à défaut de vouloir (sinon de pouvoir...) débattre vraiment sur les idées.
Le problème est ailleurs. A-t-on le droit, en France, aujourd’hui, de lire les textes, qu’on nous présente comme sacrés, avec l’œil du philosophe ? Peut-on, quand on aborde le Talmud, mais aussi la Bible et le Coran, penser encore debout ? Ou faut-il d’abord se mettre à genoux ? Ceux qui sont obligés de se mettre à quatre pour insulter en croyant qu’ils pensent, défendent l’agenouillement - voilà l’enjeu véritable. Libre à eux. Nous n’avons effectivement pas les mêmes valeurs. On peut faire comme si la philosophie des Lumières n’avait pas eu lieu. Pour ma part, je n’ai pas envie de revenir en deçà du XVIIIe siècle, à la période scolastique où l’Inquisiteur tient toute la place ! La génuflexion devant le papier-bible des légendes monothéistes ou celui des œuvres complètes de Levinas, Derrida, Blanchot transformés en Père, Fils et Saint-Esprit de la philosophie n’y fera rien.
Où est mon crime ? Avoir invité à lire Jean Soler, un auteur qui, depuis un demi-siècle, effectue une lecture des monothéismes en homme debout ! De la même manière qu’avec le chevalier de La Barre à qui le pouvoir a coupé le poing et la langue, qu’on a torturé et décapité, puis brûlé en 1765 avec un exemplaire du Dictionnaire philosophique de Voltaire parce qu’il n’avait pas ôté son chapeau au passage d’une procession, la communauté philosophique autoproclamée envoie aujourd’hui au bûcher celui qui n’ôte pas son chapeau devant les processions monothéistes (précisons : processions juives, chrétiennes et musulmanes, qu’on lise mon Traité d’athéologie publié en 2005, plutôt que le compte-rendu d’un livre dans un hebdomadaire).
Quel meilleur bûcher, aujourd’hui, que l’insinuation d’antisémitisme ? Je dis bien insinuation, car ces philosophes autoproclamés emblématiques de la communauté écrivent sous la dictée d’avocats pour éviter le procès en diffamation. On laisse entendre que... On suppute... On suppose... On appuie le clin d’œil... De la part de gens qui font carrière dans l’obscurantisme de la pensée et dans la confusion du style, la contorsion rhétorique est une seconde nature. Ce vice ajouté à la plume du procédurier fait merveille dans l’art du corbeau... Voir ou revoir Clouzot !
Faut-il préciser à cette communauté philosophique réduite à quatre, que, toute à sa haine, elle oublie que j’effectue un travail tout simple : celui du philosophe laïc ? Autrement dit : je revendique le droit de lire les textes fondateurs du monothéisme comme je lis l’Edda, la Bhagavad-Gîta ou les Lois de Manou : en philosophe laïc et athée, et non en croyant dévot.
Lire aujourd’hui le Talmud avec un souci herméneutique athée et laïc vaut d’être traité d’antisémite ; aborder la Bible avec les outils exégétiques qui furent ceux de Spinoza (excommunié par les rabbins...), de Richard Simon (persécuté par les jansénistes, les bénédictins, Bossuet, le pouvoir royal), de Jean Meslier (puni par la hiérarchie catholique) ou de Prosper Alfaric (excommunié par le Vatican), déclenche l’insulte «blasphémateur» ; étudier le Coran avec une méthode historique fait du lecteur laïc un «islamophobe»... Sale temps pour la pensée debout !
Je rappelle, pour information, que l’invitation à se relever pour penser debout date, en France, de 1637, date de parution du Discours de la méthode de Descartes. J’ajoute que Heidegger, dans son séminaire de l’été 1933, sous régime nazi donc, faisait de l’enseignement du philosophe français à l’université un signe de décadence intellectuelle... Je précise enfin que la carte de Heidegger au parti nazi avait pour numéro : 312 589.
Qu’on me permette, pour ma part, de me réclamer de Descartes, sinon de Voltaire, et non de Heidegger - mais est-ce encore possible dans ce siècle où le nihilisme n’est pas où l’on croit ? Je crains que non.
Michel Onfray

mercredi 4 juillet 2012

33 MILLIARD EUROS DE MOINS

COMBIEN DE DESTRUCTION D'EMPLOI ET DE FAILLITE D'ENTREPRISES?

Puisque que toutes dépenses ou investissements sont générateurs d'emplois et de salaires...

Indigné

ESPANA " CHORIZO " *


Aucun parti et aucune région ne sont épargnés par les scandales de corruption, abus de biens sociaux ou fraude qui pullulent en Espagne. A Alicante, des voyages, voitures de luxe et "traductrices roumaines" ont été payés avec les fonds destinés au ramassage des ordures dans l'affaire Brugal". A Barcelone, la justice enquête pour savoir si les fonds détournés du Palau de la Musica ont servi à financer le parti nationaliste Convergencia democratica de Catalunya. En Andalousie, région gouvernée par le Parti socialiste depuis 1980, l'ancien directeur général du travail du gouvernement andalou aurait détourné au profit de faux travailleurs, pendant dix ans, 1,2 milliard d'euros d'aides sociales destinées à des préretraites et des plans de licenciement.
La liste est longue, et ces exemples ne sont que les cas les plus médiatiques actuellement en phase d'instruction ou de procès. Dans les Baléares, l'affaire Palma Arena" a conduit le président de la région, Jaume Matas, en prison en mars. A Castellon, c'est l'ancien président de la province, Carlos Fabra, qui est accusé de fraude fiscale. Mais il n'a toujours pas été jugé, après plus de huit années d'enquête qui ont vu se succéder neuf juges d'instruction.  
Le dernier, Jacobo Pin, a demandé, jeudi 28 juin, la protection du Conseil général du pouvoir judiciaire après avoir dénoncé des pressions du tribunal provincial qui perturberaient son indépendance et tenteraient d'imposer le non-lieu.
Même la monarchie traîne ses propres casseroles. En 2011, le gendre du roi d'Espagne, Iñaki Urdangarin, a été mis en cause dans une affaire de détournement de fonds publics vers des paradis fiscaux. Le soutien populaire à la couronne a été écorné par ce scandale qui fait encore trembler le prétendant à la succession au trône de Juan Carlos Ier, le prince Felipe.

* "CHORIZO"= Connard
source "El PAIS"